Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 15:06
Les débits de boisson se font de plus en plus rares.
debit-de-boisson.jpg
Tout le monde l’aura remarqué. Depuis quelques années, les bars et débits de boisson d'Algérie ferment les uns après les autres.
Mais les fermetures de bars ne résout pas le problème (si problème il y a) puisque les lieux clandestins de consommation d'alcool se multiplient dans ce pays de plus en plus islamisé. Une remarque s’impose : cette menée en règle contre les bars et autres débits de boissons qui ont pignon sur rue était devenue particulièrement agressive à l’époque où Belkhadem était à la tête du gouvernement. Et cette politique se poursuit grâce non pas seulement des courants pressions islamistes mais surtout le lobbying politicien de l’islamo-conservateur Abdelaziz Belkhadem.
Et la composante de la prochaine assemblée nationale n’arrangera certainement pas les choses. Même si les partis islamistes ont subi un échec électoral le 10 mai aux élections législatives, le principal parti au pouvoir, le Front de Libération nationale (FLN), avec son courant islamiste, sera là pour renforcer les interdictions. Car il faut le rappeler le FLN a toujours poussé vers une islamisation accrue de la société.
Prendre un verre est un luxe
"Cet endroit était une boîte de nuit", affirme Slimane, 33 ans, en sirotant son whisky dans un restaurant proche du Monument des Martyrs, sur les hauteurs d'Alger. "Bientôt, ce ne sera plus qu'un restaurant sans bar, puis un restaurant où on ne servira plus d'alcool et puis il fermera", lance, dépité, ce jeune entrepreneur.
Des dizaines de bars et débits sans licence ont récemment fermé. Parmi eux des tavernes datant de l'Algérie française, avant 1962. Pourtant dans ce pays presque entièrement musulman, nombreux sont ceux qui s'affirment laïcs.
"A ce rythme, seule une poignée d'hôtels servira encore de l'alcool légalement", affirme Liamine, étudiant en ingénierie, en commandant une tournée pour ses copains assis autour d'une table. "La bière y est si chère que seuls ceux qui l'interdisent pourront se la payer", lance-t-il ironique. "C'est ça le problème de la prohibition à l'algérienne, Al Capone et les flics, ce sont les mêmes ici", dit-il en éclatant de rire.
Le chiffre d'affaires du vin produit par l'Etat, de loin le plus grand producteur du pays, avoisine les 150 millions de dollars.
Les pressions contre l'alcool ont commencé en 2006. Un ministre islamiste du Commerce avait alors restreint l'octroi et le renouvellement des licences.
Pour chaque bar fermé par les autorités, plusieurs autres, illégaux, ouvrent. La consommation d'alcool a augmenté de 10% l'an dernier, selon le président de l'Association des producteurs de boissons algérien (APAB), Ali Hamani.
Un sanglier alcoolique
En Kabylie, à l'est d'Alger, pas question de renoncer au ballon de rouge ou à sa bière. Du coup, les bistrots sans licence, considérés comme "clandestins", ont pignon sur rue. "J'ai demandé un permis et je ne l'ai pas eu. Maintenant je n'en veux plus. En Algérie, les papiers amènent les problèmes", affirme Arezki Lagha, moustache et boucle à l'oreille.
Son bar proche de la ville kabyle de Tizi Ouzou a une terrasse au décor de caverne et est devenu populaire à cause de son sanglier apprivoisé, abattu par erreur l'an dernier, qui avalait des dizaines de bières en une soirée. "L'Algérie n'a jamais été islamiste. Musulmane, c'est sûr -Tizi Ouzou a la plus grande concentration de mosquées en Algérie- mais pas islamiste", affirme Ammar Lagha, architecte, en costume et cravate.
"Ici, boire quelques verres ensemble c'est comme une façon de combattre l'islamisme", affirme-t-il.
La Charia (loi coranique) n'est pas appliquée, mais nombre d'Algériens craignaient une importante percée islamiste dans la foulée des pays du Printemps arabe. Les islamistes ont remporté 59 sièges, comme dans la précédente assemblée, sauf que la nouvelle comprend 73 sièges de plus.
Pour nombre d'analystes, le pouvoir joue avec eux à la fois au pyromane et au pompier. "C'est une relation complexe... mais il y a consensus entre l'Etat et les islamistes pour utiliser la religion à des fins politiques", juge Hocine Belalloufi, auteur d'un nouveau livre sur la politique algérienne.
L'administration Bouteflika a introduit l'appel à la prière à la télévision et à la radio, interrompant cinq fois par jour les programmes, et a lancé l'édification à Alger de la troisième plus grande mosquée du monde. Pour Lila Hadj Arab, députée sortante, il a fait d'autres concessions aux religieux: le FLN est devenu "le principal parti islamiste d'Algérie".
Dans les années 1970, feu le président Houari Boumediene avait fait arracher la majorité des vignes plantées par les Français, après leur décision d'arrêter l'importation du vin algérien, une décision applaudie par les islamistes. Durant la guerre civile des années 90 contre les islamistes qui avaient décrété la tolérance zéro contre l'alcool, la consommation avait atteint des sommets.
Arrivé au pouvoir en 1999, Abdelaziz Bouteflika a mené une réconciliation nationale sans justice pour les victimes. En parallèle, et comme concession pour les islamistes, les mesures les plus fermes contre l'alcool sont prises par les autorités sur instruction d'en haut.
"Quoi qu'ils fassent, ils ne pourront pas éradiquer l'alcool... mais cette islamisation générale est en train de créer de nouveaux problèmes", juge Ali Hamani. "La prohibition aux Etats-Unis a eu des conséquences: prostitution, drogue et banditisme risquent de prendre de l'ampleur".
Source Le Matin-DZ Yacine K. /AFP
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires