Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 11:14
Un extraordinaire ballet de soutiens porte sa candidature
BENFLIS ALI 
L’ancien chef du gouvernement Ali Benflis annoncera officiellement sa candidature aux présidentielles d’avril 2014, courant décembre prochain, comme nous l’annoncions dans une de nos précédentes éditions. Mais avant même que cette annonce se fasse, l’on assiste à un extraordinaire ballet de comités de soutien ou d’appels à candidature émanant des quatre coins du pays et d’ailleurs. Une première, s’agissant d’un candidat hors du système.
Habituellement, ce genre de phénomène bénéficiait au «bon» candidat, celui du pouvoir donc et qui est élu avant même l’élection ! C’est en train de se faire pour la quatrième fois pour Bouteflika. Cela c’était fait en 1995 pour Liamine Zeroual, et bien évidemment plusieurs fois pour Chadli Bendjedid et Houari Boumediène. Mais là, c’est différent.
Ali Benflis n’est plus aux affaires depuis une décennie. Il est même la bête noire de l’entourage de Abdelaziz Bouteflika depuis 2003. Exactement depuis qu’en mars de cette année-là, il sera plébiscité par le huitième congrès du Front de libération nationale comme secrétaire général fort d’une légitimité telle, que les portes du palais d’El-Mouradia lui étaient grandement ouvertes. La suite, on la connaît : dès le lendemain de ce huitième congrès, des représailles s’abattaient sur lui.
Limogé de son poste de chef du gouvernement, Ali Benflis subira également tout l’appareil étatique pour lui «soustraire» son parti, le FLN. On y mettait pour cela un peu de tout : de la violence physique comme ces mémorables attaques des sièges des mouhafadhas restées fidèles à Benflis, à l’instrumentalisation des institutions de l’Etat, comme les ministères de l’Intérieur, de la Justice, et même des Affaires étrangères. En 2003 en effet, l’administration s’ingère ouvertement dans les affaires d’un parti politique, le FLN, qu’elle finira par «cloner» en créant un «mouvement de redressement» conduit par le ministre des Affaires étrangères de l’époque, Abdelaziz Belkhadem, et qui sera imposé comme «le vrai» FLN ! Du jamais vu dans l’histoire politique.
Dix années après, Ali Benflis revient à la charge avec, donc, cet extraordinaire élan de sympathie qui porte sa candidature. Rien que pour la journée d’hier, nous enregistrions quatre appels ou soutiens émanant d’Alger, de Tizi Ouzou, de Londres et de Dublin ! Quasiment dans toutes les wilayas et dans les plus grands centres urbains, Benflis dispose déjà de réseaux de soutiens qu’aucun autre candidat n’a pour l’instant. Sans aucun doute, il sera le candidat par excellence de l’opposition. C’est du reste celui qui est «suivi» de très près par le cercle présidentiel.
Abdelaziz Bouteflika avait été réélu en 2009 sans mener la moindre bataille, en face n’ayant affaire à aucune concurrence. Contrairement à 2004 où il était contraint à mouiller le maillot, à s’engager personnellement dans une bataille féroce pour contrer Ali Benflis. Qu’en sera-t-il pour cette fois-ci ? L’homme qui a déjà enclenché sa propre campagne électorale «par procuration» à travers Sellal, le FLN de Saïdani, le RND de Bensalah, l’UGTA, etc., restera-t-il «indifférent» à cette grande popularité dont jouit déjà son principal concurrent ? En tout cas, Benflis s’impose déjà comme un vrai casse-tête pour la garde rapprochée de Bouteflika, notamment son Premier ministre, et ses ministres de l’Intérieur et de la Justice, les vrais organisateurs du prochain scrutin présidentiel….
Source Le Soir d’Algérie K.A.
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires