Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 05:39

Beni Saf : Au pays du roi Syphax ...

Beni-Saf-Algerie.jpg

Paisible ville côtière, la ville de Syphax, cet homme cultivé, fin politique mais surtout roi conscient de la nécessité d'indépendance pour la survie de  son royaume, Beni Saf garde encore ses atouts. Le touriste y découvre des plages à perte de vue, une nature sauvage féerique et une ville magnifique.

Le fait d'être située sur la côte constitue un grand avantage, en ce sens que la nature lui offre ce qu’elle n’apporte pas ailleurs. Charmante, à l’exception du lieu-dit «falaise de Sagla», car inondée d’ordures, Beni Saf regorge de potentialités énormes dues pour la plupart, à sa position géographique et constitue, de ce fait, une véritable attraction touristique.
Ville de pêcheurs, cette bourgade qui a connu l’époque romaine, compte une population de 46.000 habitants et s’étend sur une superficie de 61 km2. Créée en 1883, comme commune, Beni Saf compte un littoral de 15 km avec de belles plages : Rachgoun, Madrid, La Marmite, Sidi Boussif et la plage du Puits.
Cette ville côtière sait en plus mettre en valeur ses richesses naturelles et devient ainsi l'une des villes côtières les plus importantes de la région. L’orientation stratégique a fait de Beni Saf une destination touristique et un haut lieu de loisirs, accueillant plus de 4 millions d’estivants. Elle offre un dépaysement garanti et une grande diversité. Nombreuses sont les potentialités touristiques et les opportunités de développement, à l’image de la ZET de Rechgoun qui s’étend sur 15 hectares. Néanmoins, face au déficit en matière de lits, les responsables du tourisme de la wilaya de Aïn Témouchent ne cessent d’interpeller les investisseurs. Cette région ne dispose que de 5 hôtels, de 6 camps de toile et d’une auberge. 
Nuits blanches 
En cette période estivale, la ville ne connaît pas le sommeil. Connue pour la douceur de son climat, Beni Saf dispose de plages réputées. La ville de Syphax séduit et s'abandonne à tous ses prétendants, qui affluent par milliers de tous les horizons, en quête de fraîcheur naturelle. Elle dispose de cafés, crémeries et autres commerces et restaurants. Dans cette contrée, 24 heures permettront au visiteur de découvrir le charme et la beauté de cette région côtière, avec le coucher du soleil qui scintille de mille feux, à moitié caché par la belle et grande mer. Dans le ciel bleu azur, on peut voir le ballet de mouettes. Du haut des falaises, la Grande Bleue nous gratifie de son air frais agréable. Le long de ses avenues où l’on se balade allègrement, alors que les enfants profitent le soir de l'éclairage public pour disputer des matchs de football. Le même décor agrémente Rechgoun, distante de trois bornes de Beni Saf. Le long de ses plages, elle vit en cette période estivale de grands moments ambiants. 
L’informel bat son plein 
Le marché locatif au niveau de la commune de Beni Saf est florissant. Tout est pris d’assaut. Bungalows, appartements privés, maisons, sont tous occupés durant cet été. Les prix oscillent entre 50.000 et 70.000 les deux semaines, selon l’espace et le lieu. En effet, la manque d’infrastructures hôtelières encourage le citoyen à s’investir dans ce créneau mais dans un cadre informel. «J’ai loué un simple garage et une pièce pour 55.000 DA, et c’est juste pour dix jours», lance un estivant d’El Bayadh.
Du côté du commerce, jeunes et moins jeunes s’y adonnent sans vergogne. Vendeurs de cacahuètes, de sandwich, de glace, de cigarettes… sillonnent à longueur de journée les plages 
Le port de pêche mérite mieux 
A l’entrée du port, près de l’endroit où les bateaux de pêche, entourés par les mouettes, débarquent le poisson, résonne des voix à la criée. La production annuelle de ce port qui a vu une augmentation en embarcations qui sont aujourd’hui à plus de 192 entre chalutiers, sardiniers et petits métiers, est de plus de 14.000 tonnes. A cela, s’ajoute les exportations en crustacés dépassant parfois les 100 tonnes. La région est connue par l'importance de la production halieutique en poissons bleus, puisque les ressources halieutiques en Algérie sont constituées principalement de petits pélagiques, à savoir la sardine, la saurel, l'allache et l'anchois. Ainsi le port de pêche de Beni Saf, et malgré les difficultés notamment l’envasement, reste tout de même le plus important en matière de flottille et en capacités de production.
D’ailleurs, il sera procédé à la mise en place  d’un chantier de réparation navale, un foyer pour pêcheurs, et un entrepôt frigorifique. Avec également une école de pêche qui lui est rattachée, le port de pêche de Beni Saf est une opportunité pour l’industrie de la pêche. A ce sujet, est-il expliqué, les responsables de cette wilaya misent beaucoup sur l’industrie de la  pêche qui devra s’orienter de plus en plus vers un développement durable. C’est-à-dire viser la rentabilité et la compétitivité tout en respectant le potentiel des espèces exploitées, de leur habitat et de l’environnement marin, et surtout le respect des principes du développement durable.

Source Horizons M. Medjahdi.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires