Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 08:02
Ils veulent être président
elections algerie
 
 Les panneaux attendent toujours les futurs candidats
L'un des faits nouveaux de cette présidentielle 2014, c'est l'entrée en course d'hommes d'affaires algériens vivant en Europe et qui ont un seul rêve: devenir président de l'Algérie.
Qu'est-ce qui fait courir ces candidats à la présidentielle 2014, bardés de diplômes et fortunés qui possèdent parfois la double nationalité?
Ils vivent à l'étranger et espèrent être à la tête de ce pays un jour. Pour la plupart, ils n'ont connu ni la période pétrolière faste de Boumediene, ni la crise économique de Chadli, ni la montée de l'ex-Fis et encore moins la décennie noire ou les menaces terroristes, mais espèrent profiter de la manne financière et de la position géopolitique de l'Algérie de 2014. C'est un peu le cas de Ali Benouari qui revient au pays après un exil de plus de 25 ans et qui aspire à devenir le futur président de l'Algérie. Né en Algérie en 1951, Ali Benouari était responsable de la trésorerie de changes et des marchés financiers à la Banque Centrale d'Algérie. En 1981, il est recruté par de grands organismes: Groupe Al Saudi Banque à Paris et à Genève, puis Société Générale à Genève. Cette position d'expert international en finances le propulse en 1991, comme ministre des Finances dans le gouvernement de Sid-Ahmed Ghozali. Un mois après la démission de Chadli Bendjedid le 11 janvier 1992, Benouari quitte le pouvoir et est remplacé à son poste par Ahmed Benbitour, un autre candidat annoncé à la présidentielle de 2014.
A son retour à Genève où il dirige Écofinance S.A, il décroche sa nationalité suisse en 2000. Malgré son succès en économie, c'est en politique qu'il veut réellement percer. Il s'engage alors dans des associations: La Fondation Luc Montagnier en 2008, Présidence de l'Union des Maghrébins de Suisse et de l'Association DiverCité et enfin en 2013 président du Parti radical de Cologny, une commune de Genève. En 13 ans, Ali Benouari s'est présenté à trois élections en Suisse. Mais aujourd'hui, il veut se présenter en Algérie et annonce sa candidature le 1er novembre dans une interview à La Tribune de Genève. Mais pour arriver à El Mouradia, il doit renoncer à son passeport suisse, car la Constitution est claire: l'article 73 du chapitre 1 relatif à l'éligibilité d'un candidat à la présidence algérienne stipule: «Pour être éligible à la Présidence de la République, le candidat doit jouir «uniquement» de la nationalité algérienne d'origine» et attester de la nationalité algérienne du conjoint.»
C'est en tout cas ce qu'a fait un autre candidat algérien possédant la double nationalité Rachid Nekkaz. Ce dernier a remis son passeport français le 25 octobre dernier pour être éligible à l'élection présidentielle algérienne.
Jusque-là connu en Algérie à travers ses actions spectaculaires et médiatiques pour la défense de la liberté de culte et le droit au port du niqab en France, Rachid Nekkaz avec son look de chanteur des années 1980, se présente comme le «Candidat de la Jeunesse et du Changement à la présidentielle algérienne de 2014». Comme Benouari, il a participé à des élections politiques en dehors des frontières algériennes. Il a participé notamment en France aux municipales de 2008, législatives 2007 et 2013 et présidentielles 2007 et 2012.
Originaire d'un quartier populaire du Val-de-Marne, né de parents algériens installés en France, Rachid Nekkaz a suivi des études d'histoire et de philosophie à la Sorbonne où il a obtenu une maîtrise. Il a fait fortune grâce à la «création de site Internet», puis se serait reconverti dans l'immobilier. Il serait marié à une Franco-Canadienne, ce qui le rendrait automatiquement inéligible pour l'élection présidentielle de 2014. Mais pour se rapprocher des Algériens, il n'hésite pas à faire le tour des plateaux de télé des chaînes privées algériennes: Dzair TV et Djazairia TV où il a même chanté l'hymne national Qassaman pour faire crédible. Enfin, le troisième candidat algérien, issu du milieu des affaires et installé en Europe à se présenter cette semaine à l'élection présidentielle algérienne, c'est Kamal Benkoussa, un ex-trader installé à Londres. Né en France, cet économiste de 41 ans, aux allures de Golden boy a présenté officiellement son programme lors d'une conférence de presse à l'hôtel El Djazaïr à Alger. Il affirme à cette occasion «être héritier de l'esprit de Novembre 54, et que sa candidature s'inscrit dans la continuité du combat des hommes et des femmes qui ont défendu nos libertés». Mais en dépit de leur fortune et de leur expérience de managers Kamel Benkoussa, Ali Benouari et Rachid Nekkaz réussiront-ils à s'imposer sur le terrain politique algérien, en décrochant les 60.000 signatures nécessaires pour être candidat? Une entreprise difficile quand on sait qu'ils ne bénéficient pas du soutien médiatique local et de l'appui des partis politiques nationaux pour arriver à leur destination tracée: El Mouradia.
Source L’Expression Salim Aggar
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires