Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 05:39

Des chiffres et des interrogations

DG.jpg

Plus de un million d'emplois, tous secteurs confondus, ont été créés au cours du 1er semestre 2011, selon le bilan des réalisations économiques et sociales en Algérie, rendu public avant-hier, par les services du Premier ministre. Cette performance suscite beaucoup de questions.

Une telle situation, qui montre une amélioration certaine, dans un contexte d’assez forte croissance de la population active, intervient alors que le mécontentement général comme en témoignent les nombreux mouvements sociaux conduits par les jeunes ou bien des mouvements organisés par les chômeurs eux-mêmes. Dans un exercice inédit, les services du Premier ministère, précisent que le dispositif d'aide à l'insertion professionnelle (DAIP) a enregistré le plus grand nombre d'emplois créés, durant le 1er semestre de l'année en cours, avec 397 675 postes. Le DAIP est suivi, en matière de nombre d'emplois créés, par les chantiers de haute intensité de main-d'œuvre avec un total de 367 314 emplois durant la même période de l'année. Les postes de travail initiés à la faveur du dispositif du microcrédit arrivent en 3e position avec un total de 92 280. Le secteur de l'artisanat n'est pas en reste dans la mesure où il a enregistré 35 930 nouveaux emplois durant la même période. L'artisanat occupe ainsi le même classement que le dispositif “prime d'insertion des diplômes” (ex-préemploi). Le recrutement effectué par les différentes administrations et institutions représente 41 215 postes d'emploi. 61 831 recrutements ont été effectués par les entreprises publiques économiques (EPE) relevant des Sociétés de gestion des participations (SGP) et les autres entreprises et organismes publics. Il est incontestable que l’État a fait, ces dernières années, d’énormes efforts pour juguler le chômage des jeunes. Mais contrairement à ce qui est présenté par les pouvoirs publics, les solutions apportées restent de simples “solutions d’attente” et le traitement du chômage n’est pas économique mais fondamentalement social. Il n’y a pas encore chez nous une politique de l’emploi mais seulement une politique de gestion du chômage, très coûteuse par ailleurs, financée par la dépense publique et qui prendra fin dès que la manne pétrolière diminuera ou devra être affectée à d’autres emplois tels que faire face à la hausse attendue de la facture alimentaire ou le financement de logements sociaux en plus grand nombre. Pour certains experts, ce dopage de l'emploi est conjoncturel, il est à craindre qu'après l'achèvement des grands travaux, le taux de chômage risque de reprendre l'ascenseur. Il faut tout d’abord relever que ces emplois créés l’ont été surtout dans les secteurs des services et du BTP. Les emplois créés dans les services et les BTP sont des emplois précaires (chantiers de construction, …). Cette observation est corroborée par les statistiques relatives aux effectifs des salariés non permanents, relevées par l’ONS. 32,9% des occupés sont des salariés non permanents et des apprentis. L’ONS relève, par ailleurs, un chômage qui touche davantage les universitaires et plus particulièrement les diplômés : alors que le taux de chômage parmi la population n’ayant aucun diplôme est estimé à 7,3%, celui des diplômés de l’enseignement supérieur atteint 21,4%(11,1% chez les hommes et 33,6% chez les femmes). Les chômeurs ayant déjà travaillé dans le passé sont estimés à 417 000, soit 38,7% de la population au chômage (313 000 hommes et 104 000 femmes). Il s’agit d’une frange caractérisée par sa jeunesse ; 68,5% sont âgés entre 20 et 34 ans, 80,4% travaillaient comme salariés non permanents, 67,7% dans le secteur privé et 38,5% ont perdu leur emploi depuis moins d’une année. L’autre chiffre qui suscite, aussi des interrogations, est celui relatif aux investissements directs étrangers. De janvier à fin juin, les investissements étrangers réalisés en Algérie ont atteint 509,4 milliards de DA, soit 6,9 milliards de dollars, alors que le Premier ministre lui-même a reconnu lors de la dernière tripartite que le climat des affaires “n’est pas très attractif” en citant l’étude Doing Business de la Banque mondiale. “La Banque mondiale dont le jugement fait autorité dans son domaine, nous classe à la 136e position sur 183 pays en ce qui concerne le climat des affaires. Cela exige donc une amélioration sérieuse que nous souhaitons réaliser ensemble”, avait-il indiqué.

Source Liberté Meziane Rabhi
Le Pèlerin 

Partager cet article
Repost0

commentaires