Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 23:46

Algérie - Bordj Bou-Arréridj - Bordj Zemmoura, l'enchanteresse

bordj-bou-arrerdj.jpg

village-de-zemmoura-b-b-arreridj.jpg

 

Bordj Zemmoura, surnommée «la ville de la montagne dominante» est un site touristique et religieux, la cité a connu des transformations urbaines et des avancées socioéconomiques qui ont mis à profit le caractère montagneux et forestier de la région.

Nichée à flanc de montagne dans le prolongement de la chaîne des Bibans, exposée en plein sud et se repaissant des rayons du soleil, Bordj Zemmoura aurait été baptisée par les Turcs lorsqu’ils s’y installèrent en 1560.
Ce village reste mystérieux, s’agissant de la date exacte de sa création. L'on suppose que ce fut une cité antique datant du Xe siècle, construite à flanc de montagne autour de la mosquée et d'une fontaine d'eau. Trois quartiers de Zemmoura rappellent trois époques distinctes de l’Histoire de cette petite ville pittoresque.
La période berbère, d’abord, grâce à ses maisons basses à toiture en tuile, comme l'on en voit dans toutes les régions de la Kabylie. Il y a ensuite le quartier turc ou Souiga. C’est une sorte de «mini-casbah» quadrillée de ruelles étroites comme celles que l’on retrouve à Alger ou à Constantine et, enfin, le quartier européen avec quelques immeubles cossus de deux ou trois étages.
Malheureusement, son isolement, jusqu’à une période encore récente, l’absence de grandes voies de communication, ont fait perdre à cette cité antique sa dimension touristique, toutefois les autorités tentent maintenant, par des actions de développement, de mettre sur les rails la région en y introduisant le gaz naturel et en y réhabilitant, surtout, les routes qui mènent d'ailleurs vers les villes de Béjaïa et de Sétif par le nord de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj. Zemmoura était un passage obligé pour les caravanes venant du Sud, de M'sila et de Boussaâda, pour remonter vers la vallée de la Soummam et le port de Béjaïa d’où, sans doute, le choix des Turcs pour s'y installer et contrôler le trafic commercial. Mais ce ne sont pas les Turcs qui ont urbanisé le village. Les musulmans sont les premiers à y avoir rayonné en y diffusant la culture arabe et musulmane en construisant, notamment, la zaouïa d'El-Goléa vers 1350. Celle-ci est bâtie au creux d'une vallée et protégée par la montagne où il est ardu de pénétrer. Aujourd’hui encore, l’on ne peut y accéder que par une seule piste abrupte pour atteindre, en premier lieu, le village d'El-Goléa à l'architecture berbère et ressemblant étrangement, aussi, à une petite casbah construite en briques d'argile (toub). Il y a aussi la mosquée Ben Hidous, superbe lieu du culte musulman, restauré grâce à des dons de fidèles. Construite en pierre, trônant sur un léger promontoire au centre du village, elle fait partie du paysage et attire naturellement le regard de quiconque pénètre pour la première foi à Zemmoura. Les autorités locales assurent que le secteur du tourisme, dans cette région est «bien placé pour s'imposer et se développer durablement» car elle fait l’objet d'un effort considérable d'amélioration des conditions de vie. Zemmoura est «faite pour être découverte et aimée».

Source Infosoir R.L. / APS.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires