Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 11:05

Les six reprennent leurs réunions secrètes

algerie conclave des six

 

Abdelaziz Bouteflika a présidé, hier mercredi, à la présidence de la République, une réunion marathon, tenue dans le plus grand secret avec les principaux responsables des institutions, avons-nous appris d’une source très bien informée.
Ont pris part à cette réunion autour de Bouteflika, le président du Sénat, Abdelkader Bensalah, le président de l’Assemblée populaire nationale, Abdelaziz Ziari, le président du Conseil constitutionnel, Boualem Bessaïeh, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, ainsi que le ministre d’Etat, représentant personnel du président de la République, Abdelaziz Belkhadem. «Le président a convoqué ces responsables seulement mardi en début de soirée. Ce qui dénote du caractère urgent de ce conclave. C’est d’ailleurs ainsi que les services du Premier ministre n’ont informé les membres du gouvernement que mardi soir du report de la réunion de l’exécutif, prévue initialement hier, au mercredi 11 janvier sans de plus amples précisions », nous confie notre source. De son côté, Abdelaziz Belkhadem a dû reporter une réunion du bureau politique du Front de libération nationale qui devait se tenir hier. Les membres du BP n’ont d’ailleurs appris la nouvelle du report «pour absence du secrétaire général» qu’hier dans la matinée. Quant au président du Sénat, Abdelkader Bensalah, qui recevait une délégation de parlementaires britanniques la matinée, il a dû, par la suite, annuler lui aussi une réunion du bureau du conseil qu’il devait présider en début d’après-midi. Hier, en fin de journée, le conclave en question se poursuivait encore au siège de la présidence et, bien entendu, rien ne pouvait filtrer. Ceci étant, il faut rappeler que Bouteflika avait déjà convoqué ce genre de réunion, avec les mêmes responsables du reste, dans les mêmes formes et à quatre reprises, il y a presque une année de cela. C’était exactement à partir du 9 mars 2011. Les quatre réunions étaient consacrées, pour rappel, à l’examen de la situation explosive de l’époque, tant au plan national qu’international ainsi qu’à la préparation du processus «des réformes politiques» que Bouteflika avait annoncé lors de son fameux discours du 15 avril 2011. «C’était lors de ces mêmes réunions que tous les détails avaient été arrêtés s’agissant de la forme qu’allaient prendre ces réformes avec, notamment, les révisions des textes de lois, la révision de la Constitution et du calendrier de leur mise en œuvre», explique encore notre source. Ce qui autorise déjà à dire qu’un tel conclave, qui sera fort probablement suivi par d’autres, est un prélude à l’annonce d’importantes décisions politiques dans les jours à venir. «En l’état actuel des choses, l’on ne dispose pas d’assez d’éléments d’information pour spéculer sur quoi que ce soit. Peut-être qu’il s’agira des prochaines élections, peut-être des réformes en cours, peut-être d’autres choses encore. Mais il ne faut pas s’attendre à des bouleversements spectaculaires », commente encore notre source d’un air fort allusif aux nombreuses rumeurs qui dominent la vie politique nationale de ces derniers temps.

Source Le Soir d’Algérie Kamel Amarni

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires