Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 08:21

Algérie - Pourquoi le président Bouteflika doit-il passer la main

Bouteflika

 

La scène se passe le 09 juillet 1999 à la résidence d’Etat Djenane El Mihak, sur les hauteurs d’Alger. Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, élu 3 mois plus tôt, reçoit la crème de la presse internationale. Pendant plus de deux heures, le président assure le show et répond à toutes les questions. Interrogé sur son élection contestée d’avril 1999, Bouteflika répond qu’il n’est pas homme à vouloir s’accrocher au pouvoir.

Bouteflika dans le texte : « Oh, vous savez, vous vous trompez complètement si vous pensez que je suis là pour un fauteuil. J'ai fait une traversée du désert de vingt ans et on m'a propose des responsabilités très importantes, y compris celle de chef de l'Etat, et je les ai écartées. Donc, je ne suis pas la...je n'exerce pas le pouvoir pour le pouvoir. »

Quelle semble lointaine cette profession de foi de Bouteflika !

En juillet 1999, il disait ne pas vouloir s’accrocher au fauteuil présidentiel. En février 2011, il s’y accroche encore.

En juillet 1999, il confessait ne pas vouloir s’accrocher à ce fauteuil, en novembre 2008, il n’a pas hésité à amender la constitution de son pays, celle-là même qui limitait l’exercice présidentiel à deux mandats, pour s’offrir un troisième mandat avec un score brejnévien : 90,24 % des suffrages.

Il ne suffisait pas à Bouteflika d’être mal élu en avril 1999, une fois que tous les autres candidats se soient retirés de la course, il ne lui suffisait pas non plus de traficoter les urnes en avril 2004, avec le grand concours de son ministre de l’Intérieur Yazid Zerhouni, pour être réélu à un deuxième mandat. Il lui fallait encore tricher en avril 2009 pour obtenir le score de 90,24 % des suffrages. Mais avant cela, il lui fallait aussi violer la constitution de 1996.

Quelle semble lointaine cette profession de foi de Bouteflika du 09 juillet 1999 dans laquelle il disait : «  Si vous pensez que je suis là pour un fauteuil. »

Ne dit-on pas que les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

Maintenant que la « révolution du Jasmin » a balayé le pouvoir dictatorial du président Ben Ali, à l’heure où celui de Hosni Moubarak vacille en Egypte, la question du maintien du président Bouteflika se pose ouvertement.

En Algérie, des partis d’opposition, des syndicats autonomes, des personnalités de la société civile, de simples citoyens, n’hésitent pas désormais à demander le départ du chef de l’Etat pour permettre une véritable transition démocratique.

Certains n’hésitent pas à demander à l’armée, celle-là même qui a permit à Bouteflika de revenir au pouvoir et de s’y maintenir, de prendre ses responsabilités devant l’histoire. C'est-à-dire défaire Bouteflika de ses fonctions.

Rien n’est moins faux que de prétendre que l’Algérie est aujourd’hui assise sur une poudrière. Rien n’est moins erroné que de présager que le pays risque de subir dans un proche avenir les mêmes soubresauts révolutionnaires que ceux que la Tunisie voisine a connus récemment ou que l’Egypte vit à l’heure actuelle.

Que le système politique algérien soit sensiblement différent de celui de la Tunisie ou de l’Egypte n’enlève en rien au fait que l’Algérie présente aujourd’hui tous les symptômes, tous les ingrédients, tous les germes, d’un pays au bord de l’explosion.  Pour illustrer le propos, il suffirait juste de rappeler que l’Algérie a connu en 2010 pas moins de 11 000 émeutes. Les dernières, entre le 4 et le 11 janvier 2011, ont fait 5 morts.

Que l’Algérie soit nettement plus riche, immensément plus riche, que la Tunisie ou l’Egypte - ce qui laisserait croire que les  dirigeants algériens pourraient indéfiniment acheter la paix sociale grâce aux pétrodollars -, n’enlève en rien au fait qu’en Algérie, aussi bien qu’en Tunisie, en Egypte ou au Yémen, la grogne, le ressentiment, le rejet se focalisent autour d’un seul homme : le président de la République.

En Algérie, en l’occurrence, celui-ci porte un nom : Abdelaziz Bouteflika.

Alors la question se pose : faut-il oui ou non que Bouteflika se démette ? Faut-il oui ou non que Bouteflika accepte de céder le pouvoir au risque, s’il se refuse, de plonger le pays dans une tourmente imprévisible ? Faut-il oui ou non que Bouteflika passe la main ?

Oui ! Il est temps, avant qu’il ne soit trop tard, que le chef de l’Etat algérien passe la main, qu’il organise une véritable transition démocratique qui permettrait au pays d’éviter une révolution à la tunisienne, à l’égyptienne.

C’est qu’après douze années passées à la tête du pouvoir, Bouteflika est devenu un vieil autocrate. Disons le franchement, au risque de soulever un tombereau de commentaires, Bouteflika n’est pas un dictateur. Il n’est pas non plus un despote à l’image de Khadafi, de Saddam ou de Kim Jon-Il. Bouteflika est simplement un autocrate.

Malade, démuni, effacé, cet homme âgé de 73 ans, concentre aujourd’hui tous les pouvoirs entre ses mains. En vertu de la révision constitutionnelle de novembre 2008, il a supprimé le poste de chef de gouvernement pour le remplacer par celui de Premier ministre, transformant ainsi celui-ci en simple factotum.

En vertu de cet amendement, décidé par la seule volonté d’un homme, et avec la bénédiction et l’assentiment de la hiérarchie militaire, toutes les prérogatives dévolues au chef du gouvernement sont transférées au siège de la présidence. Or celle-ci est devenue une coquille vide.

Vous voulez une preuve ? La présidence de la république est dépourvue de chef de cabinet ou de directeur de cabinet. Depuis quelques années, c’est le chef de protocole de Bouteflika qui sert de chef de cabinet, de majordome, bref d’homme à tout faire. C’est peu dire que le président Bouteflika s’est saisi de tous les pouvoirs.

Jamais depuis l’ouverture démocratique instaurée en Algérie à fin des années 1980, un chef d’Etat algérien n’a autant privatisé le pouvoir, n’a autant concentré entre ses mains tous les leviers de commande.

Il ne suffisait pas à Bouteflika d’être président, il est devenu au fil du temps son propre Premier ministre, son ministre des Affaires étrangères, le patron de la télévision. Il est même arrivé jusqu’à suppléer aux fonctions du Parlement en usant et en abusant des ordonnances présidentielles. A tel point que l’Assemblée nationale est devenue une caisse de résonance. Bref, une assemblée croupion.

C’est donc cet homme âgé, malade ; ce président qui n’a plus la force de communiquer directement avec son peuple, qui s’accroche encore à son fauteuil ! Quelle gloire pourrait donc grappiller Bouteflika en s’y agrippant ? !

Il n’y aucune gloire à faire valoir au crédit d’un président lorsque celui-ci entame ses douze années au pouvoir avec ce slogan : « Dégage ! »

Le moment est venu pour que cet homme passe la main.

Source DNA

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires