Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 07:11

Bouteflika parle de sa santé dans une lettre aux Algériens

7029349-algerie-bouteflika-reapparait-brievement-a-la-telev

 

Le président Abdelaziz Bouteflika a affirmé, ce samedi 22 mars, que les difficultés liées à sa santé physique actuelle « ne semblent pas (le) disqualifier aux yeux des Algériens ou plaider en faveur de (sa) décharge des lourdes responsabilités ».

« Les difficultés liées à ma santé physique actuelle ne semblent pas me disqualifier à vos yeux ou plaider en faveur de ma décharge des lourdes responsabilités qui ont eu raison d’une bonne partie de mes capacités », a assuré la président Bouteflika dans une lettre aux Algériens, publiée par l’APS.

« Vous tenez à ce que je voue mes dernières forces au parachèvement de la réalisation du programme pour lequel vous m’avez, à chaque fois, donné mandat »,

a-t-il ajouté.

Le chef de l’Etat a relevé que « c’est avec une grande émotion et un lourd sentiment de responsabilité » qu’il a reçu les appels qui lui ont été adressés par les citoyennes et citoyens, la société civile, les formations politiques, les organisations syndicales et les organisations de masse, l’exhortant à se porter candidat à la prochaine élection présidentielle.

« Animé que j’ai toujours été du respect du peuple algérien qui m’a accordé l’honneur et le privilège de le servir pendant trois mandats, je suis en devoir de répondre positivement, car je ne suis jamais, ma vie durant, dérobé à aucun devoir au service de ma patrie », a-t-il encore affirmé.

« Il me coûterait de rester sourd à vos appels. Aussi, ai-je décidé pour ne point vous décevoir, de me porter candidat à l’élection présidentielle du 17 avril 2014 et de mettre toute mon énergie au service de la concrétisation de vos voeux », a expliqué le président de la République.

Révision de la constitution en 2014

Dans sa lettre, M. Bouteflika s’est engagé à réviser la Constitution dans le courant de cette année s’il est réélu pour un 4e mandat. « Si le peuple algérien souverain m’accorde de nouveau sa confiance, je m’engage à créer les conditions politiques et institutionnelles, avec l’ensemble des acteurs représentant les différents segments de la société, permettant l’édification d’un modèle de gouvernance répondant aux attentes et espérances de notre peuple », a soutenu le chef de l’État. « Elle se concrétisera dans une révision de la Constitution qui sera menée dans le courant de cette année », a-t-il précisé.

Le président Boutefilka a expliqué que cette démarche « répondra aux aspirations de la jeunesse à prendre le relais, dans un environnement marqué par la stabilité, la justice sociale, l’équité et le respect dû à chaque citoyenne et citoyen de notre Algérie ».

Bouteflika vante son bilan

Le président Bouteflika a affirmé que c’est grâce au retour de la paix et au règlement de la dette extérieure que les plans de développement ont été lancés et réalisés. « Grâce au retour de la paix et règlement de la dette extérieure, sous laquelle ployait notre peuple jusqu’à rompre dans d’indicibles souffrances, il a été possible de lancer et réaliser des plans de développement multisectoriels à travers l’ensemble du territoire national », a relevé le chef de l’État dans sa lettre.

Il a affirmé que les réformes de « tous ordres », ont contribué à assurer à l’Algérie les conditions de nature à « renforcer les assises d’une démocratie pluraliste réelle et d’une plus grande justice sociale à travers une répartition équitable des fruits du développement, la création d’emplois au profit de la jeunesse, la réalisation de programmes de logements au profit des familles ayant longtemps pâti de l’habitat précaire, le développement considérable des infrastructures hospitalières et le renforcement des secteurs de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur ».

« En retrouvant sa place légitime dans le concert des nations, notre pays est parvenu à renforcer et diversifier ses relations internationales et a contribué, dans la mesure de ses possibilités, à la consolidation de la paix et de la sécurité dans le monde », a ajouté le président Bouteflika.

Un quatrième mandat pour la préservation de l’Algérie

M. Bouteflika a affirmé qu’il se propose de consacrer le nouveau mandat à la préservation de l’Algérie des effets des hostilités internes et externes « avérées » et « potentielles » de « toutes natures » l’apaisement de la société.

« Je me propose de consacrer le nouveau mandat, que vous me demandez d’assumer, à la préservation de notre pays des effets des hostilités internes et externes avérées et potentielles de toutes natures et à l’apaisement de notre société qui a besoin de voir rassemblées ses énergies pour la réalisation de nouvelles conquêtes, loin des rivalités stériles et des déchirements ravageurs », a-t-il souligné.

Les divisions suscitées et entretenues constituent « un moyen d’affaiblir notre pays face à l’urgence des défis et à la complexité des enjeux », a-t-il dit, soutenant que la société « n’a que faire des idéologies passéistes et antinomiques avec le progrès ».

« J’attends que chacun de vous apporte sa part dans la mutation que nous avons à opérer ensemble au prix d’efforts équitablement répartis », a-t-il poursuivi, estimant que « le meilleur atout pour réussir le changement, c’est la rupture avec la tare de l’insatiabilité matérielle, c’est la franche mobilisation collective pour gagner, au profit de notre pays, tous les motifs de sa fierté légitime au yeux du monde ».

Source TSA

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires