Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 06:59

Jeunesse, Constitution et Lutte contre la Corruption

Bouteflika 2 

Le président de la République met l'accent sur le fait que l'Assemblée nationale sera mandatée pour participer à la révision constitutionnelle.

Après avoir convoqué le corps électoral dans un discours télévisé, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a énuméré hier quelques arguments pour inciter les citoyens à aller voter le 10 mai prochain. L'opportunité lui en a été donnée à l'occasion du double anniversaire de la création de l'Union générale des travailleurs algériens et de la nationalisation des hydrocarbures. Il s'est adressé particulièrement aux travailleurs, mais la portée de son discours est générale. Il met l'accent sur la jeunesse et le plan quinquennal en cours.

Selon le Président, chacun, au sein du peuple, peut constater, à travers l'ampleur et les dimensions impressionnantes des programmes d'investissement que les pouvoirs publics ont lancés, «notre volonté irréfragable de donner, malgré un environnement international chaotique du fait d'une grave crise économique et un contexte régional à la recherche de sa stabilisation, une qualité nouvelle aux réponses à donner à toutes ces questions et de réserver, dans ce cadre, à la jeunesse la part du lion dans le plan quinquennal en cours.»

«Cette qualité nouvelle dans l'approche va être largement confortée dans la pratique par les profondes réformes politiques que nous avons engagées, réformes qui nous permettront d'arriver au parachèvement d'un Etat de droit, et d'ouvrir grande la voie à la participation des citoyens aux décisions qui les concernent et au libre choix de leurs représentants dans toutes les institutions depuis les Assemblées populaires communales et les Assemblées populaires de wilaya jusqu'au Parlement», a ajouté le Président. «C'est sur ces bases «largement démocratisées que nous appelons les Algériennes et les Algériens à élire avec sérieux et responsabilité leurs députés en mai prochain», pour doter le pays d'une nouvelle Assemblée nationale digne de la confiance du peuple, qui sera mandatée pour participer, au nom de la Nation, à la révision constitutionnelle. Cet immense chantier politique et institutionnel est l'opportunité pour les jeunes de s'approprier la tâche d'insérer notre pays plus profondément, dans la paix et la sérénité, dans la voie de la modernisation en consolidant l'Etat et en fortifiant la Nation en phase avec les rythmes de la mondialisation», a-t-il souligné.

D'autres arguments sont utilisés par le Président. Il s'attarde sur les soupçons de corruption à Sonatrach pour signifier que ce fléau est en train d'être combattu.

S'il ne manque pas de reproches à faire à Sonatrach, et si «nous sommes attentifs aux correctifs apportés», il ne serait ni juste ni loyal de s'abstenir de rendre un hommage appuyé aux travailleurs et aux cadres de cette grande entreprise pour les efforts déployés depuis sa création, il y a bientôt cinquante ans, et en particulier depuis le 24 février 1971 et son accès subséquent au statut de compagnie pétrolière de taille internationale», a rappelé le Président.

Dans ce message à Abdelmadjid Sidi Saïd, secrétaire général de l'Ugta et aux travailleuses, Bouteflika n'omet pas de mettre en exergue «la contribution spécifique» de l'organisation syndicale à la pacification du climat général «pour garantir la stabilité de notre pays». «Nous observons et apprécions le rôle qu'elle joue au sein de la Tripartite, cet espace ouvert pour le dialogue et la concertation entre le Gouvernement, le Patronat et l'Ugta», ajoute le Président. Le chef de l'Etat apprécie aussi son évolution dans le nouveau paysage du monde du travail au sein duquel émergent des couches socioprofessionnelles de plus en plus diversifiées et qui se caractérise aujourd'hui par «un véritable pluralisme syndical».

Source L’Expression Nabil Belbey

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires