Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 13:59

Algérie - Bouteflika coupe la poire en deux

Bouteflika Oran

 

 

Il a été reproché au président de la République de n'avoir pas fixé un calendrier aux réformes annoncées par lui dans son discours à la nation du mois d'avril écoulé. Omission que d'aucuns dans la classe politique et des analystes ont interprétée comme révélatrice de son intention de gagner du temps, avec l'espoir qu'interviennent des évènements sur les scènes nationale et internationale qui atténueraient les pressions s'exerçant sur le pouvoir pour le pousser à opérer des changements auxquels il rechigne.
Bouteflika a été sensible à cette réaction et a voulu dissiper les craintes qu'elle exprime en dévoilant en Conseil des ministres l'échéancier des réformes projetées. C'est ainsi que l'on sait maintenant que les réformes politiques concernant le régime électoral, la loi sur les partis, la place des femmes dans les assemblées élues, celles du code de l'information et du code de wilaya, seront finalisées et adoptées avant la fin de l'actuelle législature ; que la révision de la Constitution sera, elle par contre, soumise au prochain parlement qui sortira des élections législatives de 2012.
D'une certaine façon, le chef de l'Etat a admis le bien-fondé de la suspicion que l'opposition nourrit à l'égard de la légitimité de l'actuelle Assemblée nationale en décidant de faire ratifier la révision de la loi fondamentale par celle qui lui succédera, en faisant valoir que celle-ci sera issue d'élections organisées dans une transparence totale, qui permettront de déboucher sur la représentation au Parlement de tous les grands partis de notre pays.
Il n'a pas pour autant entendu l'appel à sa dissolution et à l'organisation d'élections législatives anticipées que lui ont lancé certains segments de cette opposition. Du moment que Bouteflika ne veut pas d'une Constituante qui suppose la mise au rancart de tout le dispositif institutionnel existant, le calendrier des réformes et de la révision constitutionnelle, dévoilé par lui se veut cohérent. La ligne de conduite qui fonde la démarche du chef de l'Etat est celle qui veut qu'il faut bien que les prochaines élections législatives se déroulent selon les modalités et dispositions des réformes, nécessite la loi électorale, celle sur les partis et celle sur la place des femmes dans les assemblées élues. Pour ce faire, le passage par l'actuelle Assemblée nationale s'impose donc, aussi discréditée qu'elle soit aux yeux de beaucoup.
Sachant que le bien-fondé de la démarche choisie par lui n'apparaîtra pas évident à ses détracteurs, le Président a formulé l'assurance que le gouvernement est instruit d'avoir, au préalable au dépôt des projets de lois concernant les réformes sur le bureau de l'Assemblée nationale, à recueillir en tant que de besoin les suggestions et propositions des partis politiques et du mouvement associatif.
Peu sûr pourtant que cet engagement présidentiel fera renoncer l'opposition à sa récusation de l'option qui est celle de Bouteflika à faire des réformes, dont au final il décidera seul du contenu et qui seront conceptualisées dans le seul cadre d'instances institutionnelles où la prépondérance du pouvoir s'imposera en dernier ressort.
Les personnalités nationales et les partis politiques dont le Président a promis qu'ils seront consultés sur les réformes politiques, du moins ceux dont les avis peuvent avoir de l'influence au sein de l'opinion publique, refuseront de toute évidence de participer à un processus dont ils n'approuvent pas la pertinence et qu'ils soupçonnent de conduire à la pérennisation d'un système et d'un régime, au détriment du changement radical auquel ils appellent de leurs vœux et par leurs propositions.

Source Le Quotidien d’Oran Kharroubi Habib

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires