Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 15:19
L’Intérieur reçoit des leaders de partis non agréés

Abdelaziz Bouteflika, Ahmed Ben Bella, Chadli Bendjedid et 

Le ministère de l’Intérieur a entamé jeudi dernier une série de rencontres avec les leaders de quelques nouveaux partis. Il s’agit de Amara Benyounes (UDR), Mohamed Saïd (PLJ)   et Abdelmadjid Menasra (El Taghyir).

A quatre mois des élections législatives, qui doivent avoir lieu légalement avant le 17 mai, date de celles de 2007, le ministère de l’Intérieur qui a commencé l’examen des dossiers portant demandes d’agrément de partis au début du mois en cours, a entamé jeudi dernier une série de rencontres avec les leaders de quelques nouveaux partis.

Selon des sources bien informés, il s’agit de Amara Benyounes (UDR), Mohamed Saïd  (PLJ) et de Abdelmadjid Menasra (El Taghyir). A ce dernier, des remarques sur la représentation au niveau des wilayas ont été faites. Pour l’UDR, rien n’est encore confirmé sur le fait qu’il doit refaire son congrès constitutif ou pas.

Dimanche dernier, le chef du Front pour la justice et le développement, Abdallah Djaballah, a été reçu  par le responsable des libertés publiques de l’Intérieur. Ce parti prévoit d’organiser son congrès constitutif les 29 et 30 janvier. 

Il faut souligner que ces  rencontres entrent dans le cadre de l’examen  de la conformité des dossiers des partis avec les dispositions de la nouvelle loi, puisque quelqus-uns ont été remis sur la base de la précédente loi.  Il  s’agit aussi d’un rappel à l’ordre aux partis qui ont déjà programmé leur congrès constitutif sans autorisation de l’Intérieur. Les partis doivent attendre la promulgation de la nouvelle loi pour pouvoir obtenir l’agrément,  sachant qu’elle doit être signée auparavant par le Président Bouteflika. Il «signera cette loi après avoir fait une dernière lecture», selon le ministre de l’Intérieur Daho Ould Kablia.

Samedi dernier, Ahmed Ouyahia avait déclaré que les délibérations du Conseil constitutionnel seront publiées dans les prochains jours au Journal officiel. Les  premières délibérations concerneront trois projets de loi organiques portant sur l’incompatibilité du mandat parlementaire, la représentation des femmes aux assemblées élues et le texte relatif au régime électoral.

Il faut attendre encore quelques jours en ce qui concerne la loi  sur les partis, un temps précieux perdu pour les nouveaux partis qui veulent participer à la bataille des législatives. Toutefois, des partis ont déjà commencé le travail sur la base probablement des assurances de l’Intérieur, comme c’est le cas du parti de Mohamed Saïd qui a installé des «structures provisoires» au niveau des wilayas, celui de Amara Benyounes qui a déjà formé sa base militante puisqu’il a tenu son congrès constitutif, et d’autres ont déjà programmé leurs congrès pour la fin du mois en cours. Pourtant, la nouvelle loi stipule dans son article 22 que l’organisation de tout congrès constitutif est «assujettie à la délivrance préalable d’une autorisation sous  forme d’arrêté par le ministre de l’Intérieur». Ce «document ne peut être établi que par référence à la loi, dès sa publication imminente au Journal officiel», est-il ajouté.

Dans ce cadre,  l’Intérieur a rappelé lundi les termes de la loi aux partis politiques dont les dossiers de constitution sont en cours d’instruction au niveau de ses services.

La nouvelle loi stipule également dans son article 21, que le ministère de l’Intérieur dispose d’un délai de 60 jours pour s’assurer de la conformité de la déclaration constitutive du parti politique. Dans le cas où l’administration observe le silence après l’expiration de ce délai, les membres fondateurs seront autorisés à tenir le congrès de leur parti dans le délai prévu par la loi. Après la tenue du congrès constitutif, le dossier d’agrément est déposé  dans les 30 jours qui suivent, dispose l’article 29 du texte de loi, qui précise en son article 36 que le silence de l’administration après expiration du délai  de 60 jours «vaut agrément du parti».

D’autre part, le congrès constitutif doit être représentatif de plus du  tiers du nombre de wilayas au moins, réparties à travers le territoire national, et doit réunir au moins 400 à 500 congressistes, élus par 1 600 adhérents au  moins, sans que le nombre de congressistes soit inférieur à 16 par  wilaya et celui des adhérents inférieur à 100 par wilaya. Le nombre de congressistes doit également comprendre une proportion «représentative» de femmes.

Source Le Jour d’Algérie Nacera Chenafi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires