Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 07:06

Le nouveau gouvernement est chargé de gérer le statu quo jusqu’à la présidentielle de 2014

selal-bouteflika.jpg

 

Attendu depuis les législatives du 10 mai dernier, le gouvernement nommé mardi par Abdelaziz Bouteflika a été accueilli dans l’indifférence. La nouvelle équipe, à l’image de celles qui l’ont précédée, reflète l’équilibre entre les clans du sérail. Au poste de premier ministre, Abdelmalek Sellal est un homme consensuel, qui a la confiance aussi bien du président que des militaires. Ce commis de l’État de 64 ans affable et à l’humour décapant est entré au gouvernement en 1998, où il a occupé sans discontinuer plusieurs ministères, dont celui de l’Intérieur et des Ressources en eau.

Si l’on note le départ de l’inamovible Aboubakr Benbouzid, que l’on dit parrainé par un général et qui gère l’Éducation nationale depuis 1993, des fidèles du président ont été également remerciés. Comme Yazid Zerhouni, 75 ans, ministre de l’Intérieur de 1999 à 2010, avant d’occuper le poste, sans prérogatives, de vice-premier ministre. Ou Abdelaziz Belkhadem, patron duFLN (majoritaire), qui n’a pas retrouvé son maroquin de ministre d’État.

Pas de succession dynastique

À la veille des législatives, les islamistes «modérés» du MSP avaient quitté l’Alliance présidentielle pour constituer l’Alliance verte avec d’autres formations islamistes. Croyant surfer sur la vague du printemps arabe, ils se voyaient jouant les premiers rôles. Laminé dans l’urne, le parti ne peut même plus prétendre à un rôle d’appoint.

Face à une Algérie au bord de l’implosion, le régime semble obnubilé par sa seule survie. Après avoir conjuré la contagion révolutionnaire grâce à un confortable bas de laine qui lui a permis d’acheter la paix civile, il est au pied du mur de plusieurs défis: relancer l’économie, juguler l’inflation, réduire le chômage, surmonter la crise du logement et redonner espoir aux millions de jeunes en quête d’avenir. Dans un système gangrené par le clientélisme et la corruption, c’est une mission impossible. Au demeurant, ce n’est pas celle de M. Sellal, chargé de gérer le statu quo et colmater les brèches, en attendant la présidentielle de 2014.

Si Abdelaziz Bouteflika, âgé de 75 ans et malade, a peu de chances de briguer un quatrième mandat, il compte peser sur le choix de son successeur, un pouvoir discrétionnaire réservé jusque-là à un conclave de généraux. Début 2010, son frère Saïd, qui fait encore la pluie et le beau temps, se préparait à occuper le fauteuil présidentiel ; le printemps arabe a fini par briser le rêve des successions dynastiques.

Deux prétendants sont sur les starting-blocks. Le conservateur Abdelaziz Belkhadem, chef du FLN, veut rallier les suffrages islamistes. Lâché par Bouteflika, il est la cible, depuis quelques mois, d’un mouvement de contestation au sein de l’ex-parti unique qui tente de le déboulonner.

Ahmed Ouyahia, son rival du RND, rêve aussi de la «rencontre d’un homme et d’un destin». Si des analystes donnent l’ex-premier ministre favori des militaires, son caractère retors et ses origines kabyles risquent d’être un lourd handicap.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source

Source Le Figaro.fr

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires