Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 07:00
La technique américaine se popularise à El Kala
CORAIL~1
Les groupes criminels activant dans le braconnage, le commerce illicite et la contrebande de corail sont très réactifs et inventifs.
Leur structure organisationnelle n’a rien à envier à celle d’une entreprise qui ne lésine pas sur les moyens lorsqu’il s’agit de mettre ses employés à l’abri des risques d’accident de travail, rentabilité oblige ! Ils viennent d’introduire en Algérie la technique américaine de plongée sous-marine, à savoir la plongée aux mélanges suroxygénés ou à l’air enrichi Nitrox. Peu répandue dans le monde, car très onéreuse, ses avantages combinés signifient un gain supplémentaire de sécurité ainsi qu’une augmentation du temps de plongée sans décompression.
Quelle est la particularité de la plongée au Nitrox ?
«L’air est composé essentiellement d’azote (80%), d’oxygène (20%) et d’autres gaz, ce qui est peu avantageux et représente des risques lors des plongées avec des bouteilles gonflées à un mélange d’air et d’oxygène pour des profondeurs allant de 40 à 50 m, ou encore la plongée avec l’oxygène et l’hélium pour 50 à 70 m de profondeur. Le Nitrox est suroxygéné et contient moins d’azote. En revanche, lorsqu’on plonge avec du Nitrox, le pourcentage d’azote est diminué, tandis que le pourcentage d’oxygène est augmenté. De ce fait, le plongeur absorbera nettement moins d’azote pendant sa plongée», explique R. Merouche, diplômé en biologie marine de l’université Badji Mokhtar et ancien membre du club de plongée sous-marine de Annaba. En d’autres termes, ajoute-t-il, «le plongeur se sent généralement mieux pendant et après la plongée et peut rester plus longtemps en profondeur». C’est-à-dire suffisamment de temps pour faire une bonne récolte de branches de corail.
Et en termes de prix, où se situe l’avantage ? «Un compresseur à  bouteilles P18 (6, 8, et 12 m3) coûte environ 700 000 à 1,6 million de dinars, tandis que le prix d’une petite bouteille rechargeable à l’air enrichi Nitrox peut dépasser les 200 000 DA. Pour le moment, les compresseurs Nitrox n’ont pas encore été introduits en Algérie, les bouteilles sont gonflées à partir de grands blocs introduits par on ne sait quelle manière et dont le prix se négocie entre les barons du corail en millions de dinars», explique Gatta, un braconnier de la commune d’Echatt. Selon lui, ses «collègues» d’El Kala et de Annaba qui, comme lui, exercent en plongée sous-marine, sont souvent assistés par des plongeurs professionnels tunisiens formés par des Italiens. Ces derniers sont basés dans les villes côtières tunisiennes de Bizerte, Djerba et Tabarka. Durant leurs «missions», à 59 m des fonds de la plage d’échouage d’El Battah surtout, ils sont pris en charge par leurs «employeurs» et hébergés dans des habitations de fortune implantées dans les bidonvilles de Sidi Salem, cité Seybouse, Boukhadra et Sidi Amar, c’est-à-dire mêlés aux populations et évitant ainsi tout souci éventuel avec les services de sécurité.
En outre, la ruée vers l’or rouge algérien, notre interlocuteur l’explique en affirmant : «Les vertus du corail rouge sont innombrables. Elles ne se limitent pas au domaine de la joaillerie ; en médecine, il est utilisé comme supplément et intervient notamment dans la chirurgie réparatrice, des protéines et des minéraux. De par sa qualité, l’une des meilleures au monde, notre corail rouge serait également utilisé dans l’industrie aérospatiale. Sa poudre, l’une des rares à pouvoir résister à la pression atmosphérique en très haute altitude, entre dans le processus de fabrication de la coque d’orbiteur des satellites.»
Source El Watan Naima Benouaret
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires