Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 04:31

Des commerçants bien riches; ils ferment leurs magasins

  Alger Absenteisme Aid El Adha

 

A Alger, comme dans de nombreuses villes du pays, il n'est pas facile pour le consommateur de se procurer ne serait-ce qu'un pain en ces lendemains de fête. Le phénomène n'est pas nouveau. Chaque année, on promet d'y remédier mais rien n'est fait pour transformer les promesses en réalité. D'où l'exaspération compréhensible de la population. Surtout que l'indisponibilité des produits ne se limite pas au pain étant donné que de nombreux magasins demeurent fermés plusieurs jours après la fête de l'Aïd célébrant la fin du Ramadhan. Il est effectivement très difficile de tomber sur une bouteille d'eau minérale. Il y a rupture de stock. Pour les plus chanceux, il faut dépenser quelques dinars de plus que d'habitude pour acquérir le précieux liquide.
Pour prendre le déjeuner ou le dîner, c'est également un parcours du combattant. Les restaurants ne sont ouverts qu'en nombre très réduit. Des explications nombreuses sont avancées pour justifier ces anomalies. Il est souvent répété que les ouvriers engagés dans la production de certaines marchandises et la fourniture de quelques services prennent des congés prolongés pour rejoindre leurs familles souvent éloignées de leur lieu de travail à cause d'une forte migration interne. Il est donc fort à parier que lors des années prochaines, l'Algérien sera encore confronté à ce genre de désagréments qui en disent long sur la dégradation du confort ou plutôt des commodités sauquel il peut prétendre. Le citoyen est soumis à un stress permanent tout au long de l'année. Lorsque ce ne sont pas les médicaments qui manquent, c'est l'électricité qui est coupée. D'autres écueils et évènements viennent contrarier les citoyens. Même pour ceux d'entre eux qui disposent d'un emploi et qui ne connaissent pas les affres du chômage, il est difficile de boucler les fins de mois car l'inflation rogne facilement les maigres salaires qu'ils arrivent à empocher. Ajoutez à cela la crise du logement, les grèves et la terrible solitude des foules, car le mal n'est plus réservé aux individus, et vous obtiendrez un cocktail explosif qui ne serait pas loin de mener à un embrasement de la rue. En cinquante ans d'indépendance, on aurait tout de même pu s'attendre à mieux que des files d'attente interminables devant des boulangeries comme si on était en état de guerre.
De nombreux musulmans fêtent des évènements inscrits dans la tradition islamique mais sans jamais laisser leurs pays dans un état de déliquescence. Eboueurs, boulangers, restaurateurs sont à leurs postes sans rechigner à la tâche. Ils vont même jusqu'à professer que le labeur fait partie des vertus prônées par la religion.
Cette fâcheuse habitude de couper les vivres à des Algériens au point de les affamer n'a rien de catholique et cela donne une piètre image de l'organisation du service public.

Source L’Expression Ahmed Mesbah

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires