Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 09:32

«C’est inadmissible, décourageant et révoltant. Vendre le sucre à 150 dinars est une insulte pour le peuple.»

Emeutes-algerie-et-police.jpg

 

Les dernières augmentations faramineuses des prix des produits de première nécessité ont fait sortir les gens dans la rue. Cette fois, c’est dans la wilaya paisible de Tipasa que les citoyens se sont soulevés contre cette flambée injustifiée des prix des produits alimentaires notamment. Des centaines de jeunes des cités des Orangers et Ali-Amar sur les hauteurs de la ville de Fouka ont investi la rue durant l’après-midi de lundi dernier pour manifester leur colère contre cette situation qui empoisonne leur quotidien. Ils ont procédé au blocage de la route à l’aide de pierres, de barres de fer, de troncs d’arbre et de pneus brûlés et autres objets hétéroclites. Une action similaire s’est déroulée, à Staouéli, à Alger, pour les mêmes motifs. Le risque de voir la situation s’embraser n’est pas exclu. A qui profite alors le crime?

Le sucre, qui est un produit vital se vend à 150 dinars au grand désespoir des citoyens qui voient leur pouvoir d’achat se dégrader de jour en jour. Les prix de l’huile ont atteint 160 dinars le litre.

Les familles algériennes sont perplexes devant cet état de fait. «C’est inadmissible, décourageant et révoltant. Vendre le sucre à 150 dinars est une insulte pour le peuple. On ne peut plus supporter cette situation», estime un citoyen. Les pères de famille ne peuvent plus se permettre une virée en compagnie de leur progéniture. «C’est vraiment choquant, on ne peut pas subvenir à nos moindres besoins.

Comment peut-on admettre que le sucre soit vendu à 150 dinars le kilo?» se demande un père de famille, dépité, comme cette élue qui ne peut exprimer sa colère devant le fait qu’elle siège à l’APN rien que pour lever le bras. Les responsables expliquent que ces augmentations sont dues à la flambée des prix sur le marché international.

Mais les citoyens se demandent pourquoi on n’annonce pas de baisse sur le marché national lorsqu’il en est de même au niveau du marché international et pourquoi ce n’est qu’en Algérie que les prix des produits alimentaires augmentent de 100% dans un temps record. «Avec les prix actuels sur le marché et les salaires dérisoires qu’on touche, on est menacés dans notre existence», soutient un autre père de famille.

Ainsi, le pays traverse une situation difficile sur tous les plans aussi bien social, économique que politique, les conditions ne sont pas reluisantes. Et c’est là l’avis de tout le monde: citoyens, syndicalistes, politiques, universitaires, analystes, observateurs et même point de vue des officiels. Le tableau est sombre. Il est noir. Voilà quelques ingrédients d’une explosion sociale.

Les produits de première nécessité atteignent des prix vertigineux, les partis politiques et la société civile sont démissionnaires, les pouvoirs publics laissent faire, le champ médiatique est verrouillé…Un véritable bouillonnement social prélude à l’embrasement. Pour les Algériens, tous ces facteurs augurent de quelque chose de grave. Et octobre 1988 est convoqué par les mémoires, surtout que tout est manigancé. Et le remède?

La sonnette d’alarme est tirée. Que chacun assume ses responsabilités.

Source L’Expression Karim Aimeur

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires