Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 05:15

Conformément au mode de scrutin, les résultats, eux, seront publiés…… un peu avant, à l’hiver 2012 !

pousse.jpg

 

Que les ânes ne me tiennent pas rigueur de les convoquer ainsi, de manière… cavalière, en ces temps de froidure, dans cet espace de la chronique. C’est juste pour les besoins de la démonstration. Abdekka, président à vie de l’Algérie, vient de promettre aux Algériennes et aux Algériens des élections législatives transparentes. Si je ne m’abuse, lors de précédents rendez-vous électoraux, le même Abdekka, pas encore président à vie à l’époque, avait déjà promis des scrutins transparents. Etrange, tout de même ! Le chef de l’Etat, en plus de ses lourdes fonctions de châtelain, mènerait-il en secret, dans un laboratoire tenu loin des regards indiscrets, des expériences biochimiques sur la transparence et ses différentes nuances ? La question mérite d’être posée, car l’âne que je suis, l’inculte notoire que je me targue d’être ne connaissait jusque-là qu’une version de la transparence. Il faut croire que j’avais tout faux ! Il existerait ainsi des nuances nombreuses et multiples de la transparence. Tout en accueillant avec un enthousiasme certain cette fabuleuse découverte, j’avoue cependant une légère déception. Pourquoi les revues scientifiques internationales n’ont-elles pas fait mention, signalé comme il se doit cette avancée phénoménale dans le domaine de la biochimie ? La discrétion d’Abdekka autour de ses recherches ne doit pas être un prétexte pour les grands pôles mondiaux du savoir, les grandes universités de passer sous silence cette découverte algérienne en matière de texture plurielle de la transparence. Je ne voudrais pas paraître un brin parano, mais j’ai comme l’impression que ces instances internationales de la recherche et leurs relais médias sont jaloux face à cette avancée historique due à un Algérien, Abdekka. Bien évidemment, je ne verserais pas dans la théorie de la main de l’étranger, mais admettez avec moi qu’il y a matière à... Jusque-là, le monde occidental était plongé dans l’obscurité étroite et unilatéraliste d’une transparence unique et sans nuances. Un Algérien, président de surcroît, arrive avec une découverte fantastique qui ouvre des perspectives inouïes, et personne, surtout pas le gratin de la science planétaire, ne daigne accorder la place qui revient à cette géniale trouvaille. C’est profondément injuste ! C’est scientifiquement incorrect. Et c’est déontologiquement inadmissible. Mais qu’Abdekka se rassure. Ici, chez lui, chez nous, en Algérie, nous, Algériennes et Algériens, saisissons parfaitement l’impact énorme de ses recherches. Nous nous félicitons grandement qu’il ait pu trouver une nouvelle molécule de transparence différente des autres. Et nous l’encourageons à poursuivre son travail. Qui sait ? Après les législatives, et pour d’autres élections, des présidentielles, par exemple, il est capable de nous annoncer la découverte d’autres transparences. Encore plus transparentes que les précédentes qui étaient déjà vachement transparentes. Coluuuuuuuuuuuuuche ! Au s’cours ! Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.

Les différentes nuances de la transparence
expliquées aux ânes que nous sommes !

Source Le Soir d’Algérie Hakim Laâlam

laalamh@yahoo.fr

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires