Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 05:15

Les jeunes bousculent les caciques

Les-jeunes-et-les-legislatives.jpg

 

Nous voulons saisir l'occasion des prochaines législatives pour appeler au rajeunissement de nos dirigeants», a affirmé Adel Ghana, secrétaire général du Réseau algérien des jeunes et des étudiants.

Les jeunes veulent chasser les caciques. Une campagne appelant à l'implication des jeunes de moins de 35 ans dans la prise de décision a été lancée avant-hier. Le Réseau algérien des jeunes et des étudiants est l'initiateur de cette idée. «Nous voulons saisir l'occasion des prochaines législatives pour appeler au rajeunissement de nos dirigeants», a affirmé Adel Ghana, secrétaire général du réseau. Pour lui, il est temps de passer à l'action. Le rajeunissement des structures de l'Etat ne doit pas être uniquement un slogan. «Si on veut vraiment laisser la voie aux jeunes, il faut le démontrer lors des prochaines législatives», a-t-il affirmé. Ne portant aucune étiquette politique, ce réseau, explique son représentant, vise à attirer l'attention des partis politiques et des responsables au pouvoir sur la nécessité d'associer les jeunes à la gestion du pays. Le réseau regroupe différentes associations de la société civile et des réseaux de Facebook. «Tous ceux qui partagent notre idée, adhèrent», affirme-t-il. Et d'ajouter: «Notre objectif est de soutenir la candidature des jeunes de moins de 35 ans aux élections législatives». Dans ce sens, le réseau multiplie ses actions pour sensibiliser les états-majors. «Nous avons envoyé des centaines de messages à la Présidence pour interpeller le chef de l'Etat sur la question des jeunes», précise notre interlocuteur. Afin de s'assurer que le message a été reçu, des communiqués par email et par fax ont été envoyés.
Le réseau tente même de convaincre les partis politiques de donner la priorité aux jeunes. «Nous avons désigné une délégation pour prendre attache avec les partis politiques afin d'encourager davantage la candidature des jeunes», a-t-il affirmé. Selon le secrétaire général, le réseau propose son soutien à tout parti qui présente des candidats jeunes. «Nous sommes en train d'inciter les jeunes à se rendre aux urnes pour soutenir les jeunes et non pas les anciens responsables», a-t-il affirmé. Les partis vont-ils jouer la carte des jeunes? La problématique s'annonce difficile pour les partis. Devant les candidatures des caciques, les jeunes ont du mal à trouver une place. Même si le président de la République a plaidé pour la promotion des jeunes et des femmes, il n'en demeure pas moins que les partis ont du mal à rompre avec les vieilles méthodes. Actuellement, c'est le branle-bas de combat au sein des partis. Des ministres et des députés se bousculent pour prendre les têtes de liste. Devant les grosses pointures, les jeunes n'ont guère beaucoup de chance. Au sein du FLN, le mouvement des jeunes s'est révolté contre la candidature des «caciques». Dans un communiqué rendu public mardi dernier, le mouvement se démarque de toute tentative de récupération ou d'utilisation par les «caciques» lors des prochaines élections. Voulant bannir les vieilles pratiques et les vieux réflexes, le mouvement des jeunes du Front entend jouer un rôle prédominant pour contribuer à «l'assainissement du parti des opportunistes et des arrivistes». Il s'agit également, selon ce mouvement, de «réinstaurer les valeurs sûres et crédibles du système, qui plaident pour l'intérêt seul du parti». Il préconise aussi d'ouvrir le champ aux jeunes pour participer à l'élaboration de la décision politique au sein du FLN et les rendre capables dans la prise des initiatives pour être à la pyramide des responsabilités.
Le mouvement appelle M.Belkhadem à prendre ses responsabilités envers les jeunes et à contribuer avec efficacité à leur implication dans la vie politique.

Source L’Expression Nadia Benakli

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires