Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 05:51

A long terme, l’usage de cette carte sera élargi aux consultations ainsi qu’aux laboratoires d’analyses.

carte Chifa

Le système du tiers payant du médicament généralisé à tous les assurés sociaux titulaires d'une carte Chiffa et à leurs ayants droit depuis le 1er août dernier et son application, à terme, aux consultations médicales, constitue un des fondements de la politique de sécurité sociale.
Cette politique vise l'amélioration de la qualité des prestations, la modernisation du système de sécurité sociale ainsi que la préservation des équilibres financiers des organismes de sécurité sociale. Cette amélioration s'est traduite aussi par l'élargissement du tiers payant du médicament dont le nombre de bénéficiaires a atteint 2 400 000 à ce jour. La carte Chiffa, opérationnelle au niveau de 48 wilayas, a été distribuée à près de 6 300 000 assurés sociaux.
Depuis le lancement de la carte Chiffa en 2007 et jusqu’au 1er août 2011, seuls les retraités et les personnes souffrant de maladies chroniques bénéficiaient de ce système.
A présent, sur simple présentation de la carte Chiffa et d’une ordonnance, les assurés sociaux pourront bénéficier des avantages du système du tiers payant pour l’acquisition des médicaments prescrits pour eux ou pour leurs ayants droit, et ce, auprès de n'importe quelle officine pharmaceutique conventionnée avec la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (Cnas). La carte électronique Chiffa est donc élargie à l’ensemble des assurés sociaux. La carte Chiffa est utilisée, dans un premier temps, pour le remboursement des médicaments seulement en attendant son application, à long terme, aux consultations effectuées par un médecin conventionné avec la Cnas, ainsi qu’aux laboratoires d’analyses. La mise en œuvre de la carte Chiffa s'inscrit dans le cadre de la modernisation du secteur de la sécurité sociale, la rationalisation de la gestion des frais de soins, l'encouragement du recours aux médicaments génériques et ceux fabriqués au niveau local et l'allégement des dépenses des assurés sociaux. A cet effet, le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Tayeb Louh, qui a présenté un exposé concernant l’amélioration de la qualité des prestations lors de son audition par le président de la République, avait annoncé l’ouverture d'une école supérieure de la sécurité sociale à la rentrée sociale de 2013. Cette école entre dans le cadre de la formation continue des agents et cadres de la sécurité sociale et des réformes engagées dans ce secteur. Le projet sera réalisé en coordination avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Sur le plan des équilibres financiers de la sécurité sociale, les recettes ont connu une hausse de 37%, passant de 447 milliards de dinars en 2008 à 612 milliards de dinars en 2010. Les dépenses de la sécurité sociale en matière de remboursement des médicaments dépassent, quant à elles, 82 milliards de dinars par an.

Source Infosoir  R.N. / APS

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires