Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 10:53

Algérie - Blocage du projet PNUD -  Le RCD dénonce un «anti-kabylisme outrancier»

Said Sadi

Le blocage par le gouvernement algérien, via son ministre des Affaires étrangères, du financement par le PNUD du projet d’aide à l’environnement dans la wilaya de Tizi-Ouzou, provoque une polémique et soulève l’ire des responsables du RCD qui ont déclenché leur stratégie de communication afin de dénoncer devant la population de la région, ce qu’ils considèrent comme un «anti-kabylisme outrancier» qui intervient dans une conjoncture pas innocente du tout, estime le RCD.
Le sénateur Mohand Ikhervane et le Dr Hadj Saïd élu APW de Tizi-Ouzou qui ont animé hier à Azazga une conférence-débat avec la population sont longuement revenus sur la genèse de ce projet et mis la lumière sur les dessous d’une affaire qui réveille les vieux démons du régionalisme. Les intervenants ont expliqué comment les élus de Tizi- Ouzou, après avoir inscrit la question de l’environnement dans l’ordre de priorité de leur programme pour cette région, véritable décharge à ciel ouvert dont l’air, la terre et l’eau sont pollués, ont initié dans ce cadre des démarches auprès du ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et du Tourisme mais devant son aveu d’impuissance à régler ce problème, ils ont fait appel à des financements extérieurs, en l’occurrence les instances internationales via le PNUD, partenaire de l’Etat algérien qui met ses moyens au service des pays émergents. Mais une fois arrivé à maturation, notamment le déplacement des partenaires onusiens et du groupe français Isonot pour des diagnostics, le projet se heurte, selon les conférenciers, à l’hostilité du ministère des Affaires étrangères qui a bloqué le financement. Tizi-Ouzou accepte alors de partager le projet, avec la ville de Boughezoul en tant que future capitale, représentée à la réunion d’Alger par un simple fonctionnaire et une première tranche d’un million de dollars a été débloquée. Cette option a été rejetée par les pouvoirs publics qui se sont confinés dans un silence radio et en dépit de la saisine du ministre des Affaires étrangères par le P/APW de Tizi-Ouzou Mahfoud Belabbès. Le RCD qui estime que c’est là un droit acquis de haute lutte, a résolu, à travers des rencontres de proximité, d’alerter l’opinion publique nationale et internationale sur les blocages politiques, stigmatisant au passage l’attitude du ministère des Affaires étrangères qui conditionne son accord par le versement intégral du financement, arraché au gouvernement du Québec par les élus de Tizi-Ouzou, à la seule ville de Boughezoul alors que le dossier a été défendu crânement par les élus de Tizi-Ouzou avec des arguments scientifiques et au terme de démarches ayant eu l’aval des autorités algériennes au niveau régional et national. Ce qui n’a pas empêché, selon l’orateur, l’intégration de la ville de Boughezoul, région située en dehors de la Kabylie, au projet initié par Tizi-Ouzou, dans un souci d’ordre nationaliste. Disposé à aller jusqu’au bout de sa requête, le RCD envisage des rassemblements pacifiques devant la wilaya pour «mettre l’Etat devant ses responsabilités», cela en associant toutes les couches de la société «le problème de l’environnement n’ayant pas de couleur politique».
Source Le Soir d’Algérie S. Hammoum

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
<br /> <br /> LE pire ? GENEVIEVE -<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Le temps n'a pas d'emprise sur l'Algérien<br /> <br /> <br /> La démocratie sera....Quand c'est un autre sujet...<br /> <br /> <br /> Cordialement,<br /> <br /> <br /> Le Pèlerin<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />