Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 07:42

L’Algérie encourage la culture de l’arganier

arganier.jpg

 

Négligée pendant des années, les autorités algériennes ont décidé d’encourager et de développer la culture de l’arganier. Comparé aux Maroc, nous accusons énormément de retard.
Créer un réseau de connaissances sur l’arganier, multiplier les écrits scientifiques sur cette plante aux vertus exceptionnelles, élargir le périmètre d’expérimentation et organiser une rencontre internationale pour en débattre entre chercheurs et spécialistes (octobre 2011 en Algérie) sont parmi les mesures prises, a annoncé, hier, Chérif Rahmani, ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement, à l’ouverture d’une journée d’étude sur l’arganier qui s’est tenue au Palais de la culture Moufdi-Zakaria. Appuyées par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural, ces mesures visent à valoriser l’arganier et à entre autres développer sa culture dans d’autres régions du pays. Les richesses naturelles de l’arganier sont incontestables. Cet arbre, qui résiste aux conditions climatiques les plus extrêmes, possède de grandes vertus économiques (cosmétiques, pharmaceutiques, esthétiques et alimentaires). A Tindouf, il occupe les lits de quelques oueds dans la hamada, la population le considère comme une ceinture verte contre la désertification. Aussi, l’arganier protège et retient les sols grâce à ses puissantes racines. Chacune de ses parties est utilisable. Le bois dur est utilisé comme charbon ou en menuiserie, ses feuilles et ses fruits sont un excellent fourrage pour les caprins, après l’extraction de l’huile, les tourteaux peuvent servir de nourriture pour le bétail, l’amande contient une huile de très bonne qualité diététique... Pour toutes ces raisons, le développement de la culture de cette arbre dans d’autres régions que celle d’origine est une nécessité. L’arganier marocain occupe une superficie de 828 300 ha, en Algérie, l’on parle de 90 000 ha seulement. L’arganier, explique l’universitaire Fatiha Abdoun, est une espèce rare endémique entre le Maroc et l’Algérie. Son existence au Sahara occidental est signée les années vingt par Emberger alors que, son étude écologique n’est entreprise que des années plus tard. «Contrairement à l’arganier marocain, nous ne disposons pas de beaucoup de connaissances sur l’arganier algérien. Nos informations sont disparates et sporadiques. Il a été découvert en 1924 mais très peu d’études ont été faites pour des raisons historiques», dit-elle. Sensibiliser, connaître, informer et éduquer sont ainsi indispensables pour encourager la culture de cet plante aux vertus exceptionnelles. Pourvu de caractéristiques tropicales, les chercheurs et les scientifiques classent l’arganier aujourd’hui parmi les plantes méditerranéennes. Cette journée d’étude, qui a regroupé des experts de différentes régions du pays, a été organisée dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de l’environnement qui coïncide avec le 5 juin et dédiée cette année aux forêts.

Source Le Soir d’Algérie Irane Belkhedim

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires