Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 05:34

Après le refus, la diplomatie algérienne fait « un effort »
Saïd Sadi

 

Les autorités algériennes semblent lever les embûches dressées devant la délivrance de visas aux invités étrangers du RCD. Après une longue attente, les autorités consulaires ont fini par délivrer, mardi dernier, les visas aux invités italiens, français et allemands qui devraient dès aujourd’hui prendre part à l’université d’été du parti.
Les dirigeants de cette formation de l’opposition considèrent cela comme « un effort » de la diplomatie algérienne. Un effort qui reste « insuffisant » puisque le visa n’a pas été obtenu par tous les invités étrangers. Le RCD précise en effet que les Américains et le Polonais n’ont toujours pas obtenu leur visa. Cela en dépit du fait que certains ont effectué leur demande aux autorités consulaires depuis le mois d’août. Pour le parti de Saïd Sadi, « si ce refus venait à être maintenu, seule une interprétation politique peut être donnée à ce blocage ». « Les Américains, explique le RCD dans un communiqué, devaient traiter de la délicate et décisive question de la surveillance internationale des élections. » L’un de ces Américains s’appelle Michael Moffo ; il a été l’un des premiers membres de l’équipe de campagne présidentielle de Barack Obama. Il est coauteur de Obama for America Organizing Manual, le guide national pour la stratégie, désormais célèbre, de Barack Obama. Il était l’un des premiers membres de la campagne présidentielle de John Kerry en mai 2002. L’autre est Jeffrey England, directeur supérieur des programmes de l’Institut démocratique national (NDI) au Maghreb. Il a passé plus de quatre ans à gérer le portefeuille Maghreb de l’institut à partir de Washington DC.
Le Polonais, Zbigniew Bujak, est un homme politique connu, ancien dirigeant de Solidarnosc, une fédération de syndicats polonais fondée le 31 août 1980, dirigée à l’origine par l’ancien président Lech Walesa. Ce mouvement joua un rôle-clé dans l’opposition à l’ancien régime polonais. Grand syndicaliste et défenseur des droits de l’homme, Zbigniew Bujak a été prisonnier politique avant d’être député au Parlement polonais de 1989 à 1997. Il devait animer une conférence à l’université d’été du RCD sur le rôle de la société civile, en l’occurrence un syndicat, dans la transition démocratique. Le parti de Saïd Sadi estime ainsi que les autorités algériennes semblent plutôt dérangées par les thèmes sur lesquels les Américains et le Polonais devaient intervenir. « Traduit en clair, ce refus veut dire que ces deux questions qui ne figurent pas dans l’agenda politique du système algérien doivent être éliminées de tout débat public », est-il souligné dans le communiqué de ce parti. Les travaux de l’université d’été du RCD ont commencé hier et se poursuivront demain 23 octobre à Zéralda, à l’ouest d’Alger. Au moins 500 participants, venus de tout le pays et de l’émigration, y prennent part. Plusieurs thèmes ont été programmés pour être traités et débattus durant cette rencontre de trois jours. Parmi eux l’on peut citer « Entité nord-africaine. Tanger 1958 : pertinence historique et mise en œuvre politique » ; « La société civile dans la transition démocratique » ; « Quelle alternative face aux autoritarismes ? » ou encore « Faire partager la parole des femmes musulmanes ».
Source El Watan
M.A.O.
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires