Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 01:16

Samsung, Cojal, ArcelorMittal, Saipem, entrepreneurs chinois

trancon alger constantine

L'autoroute resistera-t-il au temps ?

 

Des sociétés étrangères chargées de réaliser des projets à coup de milliards ne donnent pas une totale satisfaction. Censées apporter leur savoir-faire et optimiser le rendement, ces firmes sont plutôt à l'origine d'énormes retards, d'affaires scabreuses ou de graves défaillances.

A commencer par la société Sud-Co-réenne Samsung, chargée de gérer pour le compte de Sonatrach, le transformateur électrique de la raffinerie de Skikda. Une tâche dont laquelle, elle a tout bonnement échoué. Et pour cause, un énième incendie s'est produit, il y a quelques jours, causant un arrêt partiel de cette installation. Cet incident n'a pas laissé les autorités publiques de marbre. En fait, on croit savoir, que Sonatrach a exigé de Samsung de renvoyer le responsable coréen, auquel ont été reprochées des " négligences " ayant abouti à l'accident. Un accident dont les dégâts se chiffrent par millions de dollars. Les travaux de réalisation de l'autoroute est-ouest, ne sont pas épargnés par les couacs des entreprises étrangères. Bien que relativement justifiés, étant causés par des problèmes de financement, le gouvernement tient toutefois, à ce que la cadence des travaux n'en soit pas affectée. Lors de sa visite avant-hier, à Constantine, le Premier ministre, s'est rendu sur le chantier du segment de l'autoroute est-ouest traversant cette wilaya sur 65 km, confié au consortium japonais Cojaal. Il a particulièrement insisté sur la livraison de ce tronçon "à fin mars 2013". Ayant connu un grand retard, M. Sellal a déclaré que le problème de paiement invoqué par l'entreprise japonaise, n'a plus lieu d'être et plus aucune excuse ne sera dorénavant admise, étant donné que l'Etat a pris l'engagement de régler les factures en instance "dans 15 jours", précisant qu'il " veillera personnellement à ce paiement " au terme de ce délai, ainsi qu'à l'achèvement des travaux dans les délais arrêtés. "Il ne reste plus qu'à régler le problème des glissements sur 300 m, c'est pourquoi aucun prétexte ne sera plus admis pour justifier tout autre retard", a encore souligné le Premier ministre en présence de l'ambassadeur du Japon à Alger, Tsukasa Kawada, et des techniciens du consortium nippon Cojaal en charge de la construction du projet dans toute sa partie orientale.

L'autre opérateur étranger qui connaît de sérieux problèmes en Algérie, n'est autre que le groupe ArcelorMittal. Il y a quelques jours,  des informations ont circulé quant à la volonté de l'Etat algérien, de reprendre le contrôle du complexe d'El Hadjar. Cela d'autant que la filiale algérienne du numéro 1 mondial de l'acier est confronté à de grandes difficultés financières, en 2012, il a été sauvée in extremis d'une cessation de paiement, grâce à un accord sur une ligne de crédit de 14 milliards de DA fourni par la Banque extérieure d'Algérie. En 2012, le complexe n'a produit que 580 000 tonnes d'acier, un volume de production, qui reste encore loin de l'objectif des 700 000 tonnes, arrêté par le groupe pour l'année écoulée.  Le groupe ArcelorMittal a réagi en affirmant qu'il "n'a, à ce jour, aucun plan pour céder sa participation dans son site d'Annaba", mais l'option n'est point à écarter. Faut-il rappeler aussi que les entreprises chinoises de bâtiment, ont vu une bonne part du marché leur échapper, après que le gouvernement ait opté pour la diversification des partenaires étrangers. Il a été reproché aux chinois des retards dans la réalisation lors du précédent quinquennat, d'où le recours à d'autres sociétés étrangères, pour faire avancer les grands chantiers de bâtiment engagés par l'Etat. Mais la société étrangère qui met le gouvernement dans la gêne, ces derniers jours, est belle et bien, l'italienne Saipem. Citée dans une affaire de corruption impliquant de hauts responsables algériens, cette affaire est loin de révéler tous ses secrets.           

Source Les débats Aomar Fekrache  

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires