Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 09:11

Gare à ceux qui s’aventureraient à Cherchell pour replonger dans cet univers autrefois paradisiaque.

ch-001.jpg

La déliquescence a atteint aujourd’hui un degré incroyable. Il suffit de se rendre au marché qui vient juste d’être «relooké» et aménagé à coups de milliards. Son état actuel est déplorable, avec l’anarchie dans la disposition des «box» de commerce et l’insalubrité qui a pris une autre dimension, ne laissant point indifférents les citoyens et les citoyennes. Les policiers qui voulaient mettre de l’ordre se sont rapidement volatilisés, laissant libre cours aux nombreuses personnes qui se fichent de la réglementation, de l’hygiène et du civisme.

Beaucoup de citoyens s’interrogent aujourd’hui sur l’utilité des travaux engagés par l’APC. Ni l’administration du commerce ni celle des impôts ne se sentent concernées par la multiplication des «commerçants» informels.

L’absence d’hygiène a transformé cet espace public en un paradis pour les centaines de rongeurs qui défient l’être humain. Un détour au marché de Cherchell illustre parfaitement l’absence de l’Etat dans la gestion les affaires publiques locales. «Vous pouvez écrire qu’il y a de l’anarchie au marché, nous déclarait le P/APC, en présence de certains responsables locaux et de la wilaya, je vous défie», ajoute-t-il. De même dans un établissement scolaire du cycle primaire de la cité Mahem, construit depuis très peu d’années, les parents d’élèves dénoncent l’indifférence à l’égard des écoliers. Un manque de portemanteaux dans les 13 classes de l’école a entraîné la propagation des poux, les sanitaires sont déjà vétustes et l’absence d’hygiène est criante, d’autant qu’une réfection de la plomberie et des sanitaires est souhaitée.

L’absence de chauffage dans les classes oblige les bambins à ne pas ôter leur veste ou manteau en classe ; aucun repas chaud n’est servi aux élèves. Pourtant, selon l’association des parents d’élèves, un emplacement existe pour une cantine. Le manque d’hygiène au niveau des 13 classes est justifié par l’insuffisance de femmes de ménage. Enfin, il suffit de visiter l’école aujourd’hui pour se rendre compte qu’elle n’a pas été construite selon les normes. L’APC de Cherchell attend le budget pour doter cette école de chauffage, tandis que les parents d’élèves attendent l’arrivée des agents d’entretien pour le nettoyage des classes. L’Etat a alloué une enveloppe pour réaliser une école primaire, afin de permettre aux garçons et aux fillettes d’étudier dans de bonnes conditions. Hélas, ce n’est pas le cas pour cette école.

Source El Watan M'hamed Houaoura

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires