Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 10:10

De multiples actions autour de l’eau - Il y avait de l’eau à Cherchell et les Romains le savaient bien

Equipe-de-volontaires-sur-les-thermes-de-Cherchell.jpg

Equipe de volontaires sur les thermes de Cherchell

Il y avait de l’eau à Cherchell et les Romains le savaient bien ; en témoignent les thermes que l’on trouve à la sortie de la ville en direction de Ténès.

Aujourd’hui dans un grand état de délabrement, il est question de les remettre en l’état et l’initiative appartient à l’association de réflexion, d’échange et d’action pour l’environnement et le développement (AREA-ED). Des volontaires algériens, français, marocains, hongrois, roumains, tunisiens et suisses sont attendus à Cherchell pour procéder à la remise en valeur des thermes. L’association qui agit dans le cadre du programme  REMEE (Redécouvrons ensemble les mémoires de l’eau), n’en est pas à son coup d’essai puisque d’autres actions du même genre ont été menées toujours dans la wilaya de Tipasa.

Le programme REMEE, financé par l’Union européenne dans le cadre du programme régional Euromed Héritage 4, avait déjà réuni des volontaires à Hammamet en juin dernier, à Marrakech et Tamesfoht en juillet. Il s’agit de restaurer une fontaine et faire une étude des usages de l’eau à Marrakech ainsi que la conception d’un écomusée sur le patrimoine de l’eau à Tamesloht. En Tunisie, les volontaires ont créé un parcours de découverte du patrimoine de l’eau le long de l’oued El Faoura.

En ce qui concerne le projet des thermes de Cherchell, «les volontaires seront amenés lors de ce campus à concevoir des panneaux d’interprétation, une brochure, un plan de visite des thermes et un outil pédagogique pour les écoles et les lycées. Les travaux réalisés dans ce cadre seront représentés  le 2 octobre à 14 h», précise le communiqué de presse.

Les institutions doivent prendre le relais

«Cela semble bien marcher, il existe une attente des institutions de la culture au niveau local. J’ai vu le chef de daïra et le maire et ils sont très contents», explique Mounir Bencharif, président de l’association AREA-ED. Et d’ajouter : «Les riverains se sentent concernés et nous aident toujours lors de ces campagnes. Ils encouragent les jeunes à venir participer, ils viennent nous offrir du thé et du café. Nous nettoyons les sites dans une ambiance de solidarité. Parfois, ils viennent se plaindre de l’état de déliquescence dans lequel se trouvent de nombreux sites romains». Les membres de l’association ne lâchent pas prise et continuent leurs activités même s’ils s’aperçoivent que quelques mois  après le nettoyage, les sites sont à nouveau laissés à l’abandon.

«Il faut que les institutions en charge de ces sites prennent le relais, ce qui n’est pas le cas. Il est vrai que cela prend du temps pour s’entendre sur la restauration d’une place. Comment mettre en place une signalétique intelligente ? Nous intervenons d’une certaine façon pour leur faciliter la tâche et leur donner un début d’outil de travail», poursuit le président de l’association. Un recueil du patrimoine immatériel de l’eau à travers les âges sera publié en 2011. «Autant d’actions mises en place pour permettre à la population de se réapproprier le patrimoine de l’eau et lui faire prendre conscience des enjeux importants de préservation de cette ressource qui se raréfie», peut-on lire dans le communiqué.                     
Source El Watan Zineb Amina Maiche

Le Pèlerin 

Partager cet article

Repost0

commentaires