Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 06:21
L’annonce est attendue avant le 2 septembre
Ouyahia
Le nouveau gouvernement sera connu avant le 2 septembre prochain. C’est ce que nous affirment des sources généralement bien informées. Elles précisent qu’“à 90%” Ahmed Ouyahia sera reconduit à son poste de Premier ministre. Néanmoins, plusieurs changements devraient voir le jour dans la composition. Ainsi, le nombre des femmes sera revu à la hausse. Ce ne sera pas de la parité, mais le nombre serait d’au moins sept.
Dans l’actuel gouvernement elles ne sont que trois : Khalida Toumi (ministre de la Culture), Nouara Saâdia Djaffar (ministre déléguée auprès du ministre de la Solidarité nationale et de la Famille, chargée de la Famille et de la Condition féminine) et Souad Bendjaballah (ministre délégué auprès du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, chargée de la Recherche scientifique). Au moins une parmi ce trio devrait quitter son poste. Il s’agit de Khalida Toumi. Elle est pressentie pour rejoindre Paris en tant qu’ambassadrice de l’Algérie à l’Unesco.
Un poste presque vacant puisque c’est l’ambassadeur d’Algérie à Paris, Missoum Sbih (lui aussi serait partant) qui assure l’intérim depuis quelques années déjà. Même si son nom n’est pas encore révélé, on parle d’une femme pour diriger le ministère du Tourisme et de l’Artisanat en remplacement de Smaïl Mimoun, représentant du MSP. Un autre ministère sera probablement confié à une femme, celui de la Famille et de l’Enfance. L’inamovible ministre de l’Éducation nationale Boubakeur Benbouzid (dans le gouvernement depuis 1992) devrait rejoindre la Roumanie en tant qu’ambassadeur. Il remplacera ainsi l’ex-DG de l’ENTV, Hamraoui Habib Chawki (HHC), dont le retour au gouvernement est probable.
Au moins deux nouveautés seront attendues dans le prochain remaniement. Un poste de porte-parole du gouvernement sera créé et il ne devrait pas être un des membres du gouvernement. L’une des “innovations” qui fera sûrement couler beaucoup d’encre (si elle se confirme) sera la disparition du ministère des Moudjahidine.
Un secrétariat d’État s’occupera du département et sera sous la tutelle, soit du ministère de l’Intérieur soit du ministère de la Défense nationale. Comme c’était le cas à l’époque de Mouloud Hamrouche. Concernant les six ministres élus à l’APN, le “verdict” serait tombé. Amar Tou (ex-ministre des Transports), Amar Ghoul (ex-ministre des Travaux publics) Rachid Harraoubia (ex-ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique), Moussa Benhamadi (ex-ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication), Tayeb Louh (ex-ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, et Cherif Rahmani (ex-ministre de l’Aménagement du territoire de l’Environnement), ne seront pas membres du prochain gouvernement. Leurs secteurs devraient voir arriver à leur tête de nouvelles figures.
Toujours, selon la même source, les ministres ayant plus de 75 ans devront également quitter leur poste. Exception faite pour Daho Ould Kablia qui doit rester en poste pour nécessité de service puisqu’il aura à gérer les élections locales du 29 novembre et le référendum pour la révision de la Constitution.
Source Liberté Salim Koudil
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires