Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 07:25

Algérie – Lafarge - Vers la réalisation d'une nouvelle cimenterie

cimenterie-Lafarge.jpg

 

Le cimentier français Lafarge est en passe de multiplier ses investissements en Algérie. Le groupe, qui s'est réimplanté en Algérie en 2008 grâce au rachat des cimenteries du groupe Orascom, pourrait réaliser une nouvelle unité de production. Le cas Lafarge aurait, d'ailleurs, été évoqué lors de la dernière visite de l'ex-Premier ministre français, Jean Pierre Raffarin à Alger et figure en bonne place parmi les dossiers que le chargé de mission de l'Elysée devrait débloquer.

Même si le leader mondial du ciment n'a pas souhaité, pour l'heure, commenter l'information, Lafarge a affiché, il y a quelques semaines, son intention d'investir à long terme en Algérie.  Les responsables du cimentier ont, d'ailleurs, indiqué que le groupe français "compte bien réinvestir ses dividendes localement dans un plan de développement ambitieux qui permettra de diversifier l'offre sur le marché algérien"

L'intérêt du groupe français est donc clair. Il reste à définir de quelle manière Lafarge compte opérer pour diversifier ses investissements. Au-delà des deux cimenteries de M'sila et de Oggaz qui cumulent une capacité de production de 7,5 millions de tonnes, Lafarge gère en partenariat avec le GICA la cimenterie de Meftah, unité qui est en passe de se mettre à niveau et d'augmenter ses capacités de production de 0,8 million de tonnes à 1,1 million de tonnes.Néanmoins, les ambitions de l'entreprise ne s'arrêtent pas là. Il a, d'ailleurs, affiché, et à plusieurs reprises, l'intérêt qu'il porte à la prise de nouvelles participations dans des cimenteries publiques, mais surtout son intention de créer une nouvelle unité de production. Dans ce sens, le groupe avait introduit, en 2008, une demande au gouvernement algérien pour construire une cimenterie d'une capacité de 2,5 millions de tonnes à Oum El Bouaghi. Néanmoins, le projet est resté en suspens, car le cimentier français souhaitait détenir cette unité à 100 % alors que la réglementation algérienne a depuis évolué et impose actuellement une participation majoritaire des actionnaires algériens dans tout projet d'investissement industriel, notamment dans un secteur stratégique comme celui du ciment. D'autant que les cimenteries algériennes sont les plus rentables et les meilleures en termes de cash-flow pour le groupe Lafarge dans le monde.  Le ciment connaît une forte demande, en raison de l'envergure et du nombre des projets publics de réalisation d'infrastructures lancés, ces dernières années, un peu partout dans le pays. Citons, en ce sens et à titre indicatif, la construction de 1 million de logements, les travaux de l'autoroute Est-Ouest qui se poursuit toujours et le programme de réalisation de 16 barrages dans les différentes wilayas du pays.   Et les pouvoirs publics ont prévu un investissement de 141 milliards de dinars pour un objectif de 20 millions de tonnes de ciment et 7 millions de tonnes de granulats.

Source Le Maghreb Klilya B.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires