Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 09:52

Touche pas à ma baraque !

touche pas ma braque

 

«Les habitants de Diar  Echems se sont révoltés et ont obtenu des logements, nous sommes dans la même situation, notre cité date des années 1950, les appartements sont exigus et l’insalubrité caractérise les lieux», tonne Halim, 28 ans, émeutier de Climat de France à Oued Koreiche, sur les hauteurs de Bab El Oued, l’une des nombreuses favelas d’Alger.

Ici, des affrontements violents ont eu lieu mardi soir et mercredi matin et ont repris hier entre les habitants de la cité et les forces de l’ordre dépêchées sur les lieux. Face aux gaz lacrymogènes et aux balles en caoutchouc, les émeutiers ont pu résister et se montrer intraitables, usant de toutes sortes de projectiles (pierres, bouteilles de limonade, barres de fer…). Depuis quelques semaines, les habitants des cités délabrées, comme Diar El Mahçoul (El Madania) et ceux de Diar Echems ont renoué avec la contestation dans la rue, seule solution, selon eux, pour se faire entendre des autorités.

Comité de défense

A notre arrivée sur les lieux, la cité évoquait un champ de bataille avec les décombres des baraquements démolis par la manière forte. Le quartier est quadrillé par les forces de l’ordre suréquipées et stationnant aux abords de la cité. «Comme s’ils attendent l’ordre de passer à l’assaut, on dirait que nous sommes à Ghaza», ironise un jeune de la cité. Mercredi, vers 5h, les services de Sonelgaz débarquent à Climat de France avec pour mission de couper les fils électriques des baraquements érigés en bas de la cité ainsi que le gaz, en vue de la démolition, dans la journée, de ces taudis décidée par le wali délégué qui a ordonné, selon nos sources, aux services de l’APC, l’exécution de la décision. Les habitants, en apprenant tôt dans la matinée la nouvelle, se sont constitués en comité de «défense du quartier». Une formulation très en vogue en ce moment dans le sérail politique et médiatique du pouvoir. Car lorsqu’il s’agit de réprimer les marches ou les parasiter, ces «comités de défense» sont tolérés, voire  encouragés. Les autorités découvrent alors leurs adversaires du jour, les habitants furieux de Climat de France.

Ils sont sortis protester contre les opérations de démolition des constructions illicites érigées au cœur de leur cité. Les services de l’APC, protégés par une armada de policiers, pénètrent dans la cité et procèdent à la démolition du site sur fond d’émeutes. «Nous l’avons vécu comme une provocation, notamment à cause de l’attitude du wali délégué qui n’a pas jugé utile de revoir sa décision ou, du moins, reporter la date des démolitions pour éviter le pire, surtout dans la situation actuelle», nous explique Abdellah, 52 ans, père de cinq enfants, et qui invite les autorités au dialogue, «avant qu’il ne soit trop tard». Dans cette cité héritée de l’ère coloniale, les bâtiments se sont dégradés et leur âge dépassé, les appartements sont exigus. Deux ou trois familles doivent pourtant s’y entasser et les célibataires se retrouvent dehors en proie à tous les fléaux. Les conditions de vie sont terribles et chacun dort à tour de rôle. «A mon âge, je n’ai pas de chambre, quand un de mes frères rentrent dormir, moi je sors pour lui céder la place. Je me suis mis à l’alcool et à la zetla, et je consomme des psychotropes pour oublier mon mal», confie Samir, 23 ans, chômeur.

Construire sa vie ici relève presque de l’impossible. «A cause de ces conditions, j’ai quitté l’école, je ne travaille pas, car nous sommes considérés comme des voyous. Il ne nous reste qu’une seule issue, nous shooter, vendre de la drogue et parfois agresser les gens pour leur subtiliser leurs téléphones, Allah ghalab», se désole Moho, 21 ans. Son comparse Youcef se drogue aussi : «Je n’ai pas participé aux émeutes, moi je cherche à négocier une affaire (escroquer une personne) et partir d’ici. Je fume pour oublier le cauchemar que je vis.» Pendant que quelques-uns montent la garde, certains pansent leurs blessures, d’autres, en aparté, tiennent à nous faire part d’une situation désespérée : «Je pense au suicide parfois, quand le soir j’entends les chuchotements de mon frère avec son épouse dans leur intimité», raconte Sofiane, 26 ans, agent de sécurité, la tête baissée, les larmes aux yeux. «Comment voulez-vous que les gens ne s’immolent pas ?» s’exclame-t-il.

Son ami d’enfance, adossé au mur à côté de lui, poursuit : «Khlasset el horma (il n y a plus de pudeur), tah laqder (pas de respect), dormir avec ses sœurs dans la même chambre, sortir de la chambre à chaque fois que quelqu’un veut se changer ou quand tu reçois un coup de fil, tu n’as plus de vie !» Ce quartier est souvent cité dans les chroniques de la presse comme étant l’un des plus chauds de la capitale. Il y a une semaine, une bagarre opposant deux familles a tourné au meurtre et à fait la une de certains journaux. «Personne ne s’intéresse à nous, nous sommes des laissés-pour-compte, nous allons passer à l’action maintenant», assène Ahmed, père de cinq enfants. Une phrase qui sonne comme un avertissement pour les autorités. Dans un premier temps, des décisions de relogement pourraient sans doute calmer les familles qui vivotent dans ces «cités-geôles». Mais à long terme, cela ne constitue pas une solution : «Ils doivent prendre en considération nos enfants mariés et à ceux en âge de se marier», conseille Ali, 69, ans un des «vétérans» de Climat de France.

Source El Watan Zouheir Ait Mouhoub

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires