Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 04:15

Il a drainé un monde comme jamais vu

28e salon international du vehicule Alger

 

Le Salon international de l'automobile a baissé rideau après avoir connu une affluence record.

Contrairement aux éditions précédentes, le Salon de l'automobile, cette année, a drainé un monde fou. Du jamais-vu. Avec plus de 50 exposants, c'était une véritable opportunité pour les concessionnaires de démontrer le succès de leur mode d'organisation. La 15e édition du Salon international de l'automobile d'Alger, qui s'est déroulée durant 10 jours au Palais des expositions (Pins maritimes), a réuni toutes les firmes présentes en Algérie... qui n'ont d'ailleurs fait que vendre.

Du côté du Palais des expositions (Safex), dix jours durant, l'ensemble des participants ont tenté de réussir un sans-faute... et ils ont presque reussi. L'opportunité était offerte aux membres de l'AC2A, mais également à la Safex, de souligner la création d'espaces dédiés à l'encouragement des investissements économiques dans le secteur automobile et la promotion de la sous-traitance nationale, la prévention et sécurité routières et la mise en place d'un programme d'animation multiforme traitant de thématiques d'intérêt national. Des promotions et des surprises, tout y était. Et des foules de visiteurs étaient là pour la découverte. Des «pics» ont été constatés durant les week-ends, rappelant ceux que connaissait autrefois la Foire internationale d'Alger. Avec ses dizaines d'hectares, le Palais des expositions des Pins maritimes, situé à 10 km à l'est d'Alger, s'est avéré incapable de contenir un tel événement. Le bâti n'aura pas suffi à contenir tout les modèles et les parkings n'ont pas pu contenir aussi les visiteurs affluant sur la foire.A l'intérieur, les stands débordaient de véhicules. A l'extérieur, des fourgons tôlés, des camions à benne, à plateau ou des frigos et même des véhicules de tourisme, étaient entreposés dans le désordre.De l'avis des concessionnaires, le SIA n'a jamais connu autant de commandes. D'ailleurs, ce salon a été l'occasion pour les concessionnaires d'écouler leurs stocks. Plus aucun véhicule de disponible chez la majorité d'entre eux, et cela au moins jusqu'au moins de juin. L'exemple de la Skoda Fabia Monte Carlo est le plus frappant. Cette série limitée présentée par Sovac s'est écoulée en moins d'une semaine. Et malgré cela, les potentiels acheteurs continuaient à affluer dans l'espoir d'en commander. C'est le cas aussi pour les Polo de Volkswagen et les Ibiza de Seat qui sont présentées par le même concessionnaire, à savoir Sovac. Donc, en plus d'avoir connu une affluence record, le 15e SIA a démontré la passion qu'ont les Algériens pour l'automobile.

A côté de l'automobile, d'autres stands d'un autre type ont attiré les foules. Il y a eu la présence de stands d'associations de prévention des accidents de la route, de la Protection civile, de la Direction générale de la Sûreté nationale (Dgsn), de la Gendarmerie nationale... Vulgariser, expliquer, écouter, étaient les maîtres mots qui s'échangeaient pour sensibiliser et convaincre les visiteurs sur la réalité de l'insécurité routière.

Au-delà des efforts consentis par les éléments du département spécialisé en accidentologie à l'Institut de la GN de Bouchaoui et des escadrons de la Dgsn, on relèvera le merveilleux travail que font des associations qui ne lésinent pas sur leurs efforts. L'association El Baraka a également occupé un espace important lors de ce salon pour expliquer aux visiteurs les conséquences de l'insécurité routière. En somme, et pour revenir au monde de la voiture, une certitude nous vient à l'esprit: les Algériens achètent! «Qui a dit que l'Algérien n'est pas riche?», tranche Samir en souriant.

Source L’Expression Idir Tazerout

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires