Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 07:18

Algérie - Commentaire - La démocratie n’est pas une recette miracle

bouteflika 8 mars 2010

 

Le président de la République plaide à nouveau pour  «un dialogue fécond» et «un rapprochement plus que jamais indispensable entre tous ceux qui aspirent à une meilleure connaissance et à une volontaire reconnaissance de l’autre». Le dialogue des civilisations, dont l’Algérie s’est fait ces dernières années le fervent chantre, n’est pas limité à la culture. La teneur du message de Bouteflika, lu à l’occasion du 20e anniversaire de la Commission de Venise, est au cœur des enjeux qui préoccupent les nations soucieuses de plus de démocratie et d’instauration de l’Etat de droit. Cette instance relève du conseil de l’Europe mais se veut ouverte de plus en plus à des Etats non-européens, à travers l’intégration d’autres sphères géographiques et culturelles. Son initiative visant à créer un Forum mondial permanent de la justice constitutionnelle prolonge son action continentale. Plus que jamais la mondialisation n’est plus l’apanage des économistes mais intègre aussi d’autres paramètres. L’assistance et le partenariat ne sont pas seulement technologique ou financier mais peuvent aussi prendre la forme d’éclairages et d’avis consultatifs nécessaires à la mise en place de démocraties. L’Algérie s’insère harmonieusement dans ce nouveau cours des démocraties avec la consécration du pluralisme et l’intérêt accordé au conseil constitutionnel. La création de l’Union des cours et Conseils constitutionnels arabes s’est concrétisée à Alger en 1997. Le président de la République fait sans doute référence à l’expérience algérienne où la justice constitutionnelle est une culture, au même titre que la démocratie et l’Etat de droit. Le discours politique, les engagements du Président placent toujours en priorité cette aspiration qui, seule, donne sa vraie signification à la démocratie qui ne saurait s’accommoder du seul pluralisme ou de la tenue régulière et libre des élections. La démocratie est aussi une pratique qui passe par le renforcement des outils du contrôle de ses mécanismes. C’est un lent apprentissage qui, pour reprendre le chef de l’Etat, «doit passer par une expérience et une pratique qui s’inscrivent dans la durée pour s’ériger en partie intégrante de notre culture quotidienne et de notre réalité politique». La démocratie ne peut être comme une de ces usines importées clés en main. Certes, les pays de la rive nord ont accompli au fil des plusieurs générations des progrès. Il n’y a pas lieu de plaquer telle quelle cette expérience dans les pays du tiers monde qui ont connu un cheminement historique différent. «Nous savons parfaitement que la démocratie n’est pas une recette miracle prête à l’emploi, valable pour toutes les sociétés quels qu’en soient les lieux et les époques». Le constat est lucide car il ne fait pas fi des progrès réalisés dans le Tiers-Monde mais prémunit aussi contre les illusions de l’impatience démocratique qui a besoin d’un socle et de mécanismes rodés.

Source Horizons H. Rahid

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires