Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 05:37

Les lingots de la discorde

ArcelorMittal

 

Le recyclage des déchets ferreux et non ferreux est une activité très juteuse.

Depuis que les autorités algériennes, sur la foi de rapports concordants, ont mis en cause certains opérateurs, qui se seraient sucrés sur le dos des contribuables en amassant des fortunes colossales, et décidé de suspendre les exportations des déchets ferreux et non ferreux, l'activité a reçu un très rude coup, fatal pour des milliers de collecteurs, car si les opérateurs ont réussi dans leur entreprise c'est en partie grâce aux collecteurs. Considérés comme la cheville ouvrière de ce métier, les collecteurs essaiment les décharges publiques qui constituent pour eux une sorte de caverne d'Ali Baba où ils se rendent quotidiennement pour s'approvisionner. Vélos abandonnés, machines à laver encore en état de marche, vieux meubles, miroirs, robinets, câbles en cuivre, barres de plomb ou en aluminium, éviers et ustensiles de cuisine, pièces pour voitures et objets encombrants, on trouve pratiquement de tout dans ces décharges. D'un commun accord avec les opérateurs qui sont indirectement leurs employeurs, les collecteurs trient les déchets en ne gardant que les objets et autres métaux ferreux susceptibles d'être vendus sur le marché. Une transaction qui s'effectue souvent à leurs dépens car la marchandise, une fois traitée et transformée en lingots, sera revendue cent fois plus cher sur le marché. Un marché très juteux qui rapportait chaque année plus de 700 millions de dollars. Selon certaines indiscrétions, cette activité a créé plus de problèmes qu'elle n'en a résolus. A commencer par les 40.000 personnes qui en vivaient et dont la majorité n'était pas déclarée à la sécurité sociale. Travaillant au noir, ils étaient exposés à certaines maladies, particulièrement les enfants qui ont déserté les bancs de l'école pour aider leurs familles. Seconde victime, le fisc dont les déclarations qui lui parvenaient n'étaient pas conformes aux montants des transactions effectuées. Un manque à gagner qui se chiffrerait à des milliards de dinars. Il y a ensuite les vols de câbles en cuivre qui ont affecté bon nombre d'organismes publics et qui leur ont occasionné d'énormes pertes. Le tort des opérateurs, c'est de s'intéresser uniquement à l'argent en omettant de vérifier si la marchandise a été récoltée légalement ou volée. Devant le nombre sans cesse croissant de plaintes pour vol de câbles en cuivre et afin de mettre un terme à l'anarchie qui régnait dans le commerce des déchets ferreux et non ferreux, l'Etat algérien a été obligé de suspendre les exportations. Une décision que les opérateurs ont considérée injuste parce que la collecte et la vente des déchets ferreux sont leur seul gagne-pain. Beaucoup affirment avoir loué un terrain pour y entreposer leur marchandise et que la mesure prise par les autorités les a mis tous sur la paille. «J'ai loué un terrain pour 60 millions de centimes par mois. Depuis que la mesure de suspendre les exportations est entrée en vigueur, je me suis retrouvé avec des dizaines de tonnes de déchets ferreux entre les bras», nous a dit un jeune opérateur. Abondant dans le même sens, un autre a adressé un appel de détresse aux responsables concernés pour qu'ils l'aident à se débarrasser de «cette montagne de déchets qui enlaidit le paysage.» Des mesures sont annoncées pour les prochains mois en vue d'assainir le secteur et permettre aux milliers de collecteurs de trouver de nouveau un travail.

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires