Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 05:56

Algérie - La chasse aux réveillonneurs n’aura pas lieu

reveillon 2011

 

Un confrère publiait hier une manchette faisant état d’une double instruction des ministères de l’Intérieur et du Commerce aux services de sécurité les instruisant d’obliger les commerces d’alcool à fermer avant 20 heures, le soir du réveillon. L’annonce a provoqué un formel démenti de la part du ministère de l’Intérieur qui juge l’information “erronée, grotesque et mensongère”, précisant que “les services de sécurité sont mobilisés en vue d’assurer la sécurité et la quiétude des citoyens au quotidien et à toute occasion”.

La nouvelle a dû réjouir beaucoup de faux dévots dont la piété consiste à traquer les actes libres de leurs concitoyens. Et la presse n’en manque pas, comme cette journaliste qui est allée débusquer des buveurs dans un oued du côté des Ouadhias avant d’aller les… dénoncer à la police locale. Heureusement pour les noceurs champêtres, et malheureusement pour la consœur délatrice, que les policiers avaient, ce jour-là, d’autres chats à fouetter.

Cet activisme militant, qui fait des débits de boisson une cible prioritaire de la rédemption, n’est pas l’apanage de journaux et de journalistes ; l’alcool est aussi l’objet du zèle de responsables dans l’État et l’administration, dont l’ardeur sonore reste illustrée par la fameuse déclaration de l’ex-wali de Boumerdès : “je ne raterai aucune occasion de fermer un débit de boissons.”

Que ce soit une aversion de conviction envers la “goutte” ou une marque d’obédience envers l’islamisme de concurrent, l’alcool, qui, c’est le cas de le dire, n’a pas bonne presse, constitue la cible facile à qui a besoin, ou intérêt, à donner des gages de piété. Dans l’approche islamiste locale, qui tient plus de la culture politique que de la convention sociale, l’alcool a été consacré ligne de partage entre le vice et la vertu.

La moralité étant ainsi restreinte à la consommation ou non des vins et spiritueux, les grands fléaux qui infectent les hommes et la société sont ainsi repoussés au statut de maux de second plan : la corruption, la rapine, le vol, la contrebande ne se portent pas sur soi comme l’odeur de la bière et n’ont pas besoin de boutiques ayant pignon sur rue pour être pratiqués.

Même la drogue, dont l’argent n’a bien sûr pas d’odeur, ne connaît pas la répulsion que subit l’évocation même de la boisson. Alors, au moment où le joint se fume dans les écoles primaires, on montre encore du doigt un commerce déjà, et heureusement, sévèrement réglementé et qui ne concerne que les adultes !

Cela a dû faire mal dans l’esprit de nos faux dévots d’apprendre que le vin nous fait rentrer plus de devises que n’importe quel autre produit hors hydrocarbures. Cependant, dans l’ambiance intégriste qui nous oppresse, on doit cacher qu’on travaille à l’ONCV. Pourtant, alors que le doute pèse lourdement sur la gestion de l’argent de la zakat, par exemple, cet office est, en outre, un des rares opérateurs manipulant la devise à n’avoir jamais posé un problème de malversations. Comme quoi ce n’est pas le zèle dévot des intervenants sociaux qui fait leur moralité.

Le procédé qui consistait à suggérer de sévir contre les fêtards du 31 décembre n’a, apparemment, pas fonctionné.

La chasse aux non-jeûneurs a bien eu lieu ; mais la chasse aux noceurs du réveillon n’aura donc pas lieu.

Bonne année 2011 !

Source Liberté Mustapha Hammouche

musthammouche@yahoo.fr

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires