Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 23:11

Ce ne sera plus comme avant

Corruption et justice

 

La création d’un observatoire de la commande publique est décidée par le gouvernement

Une aide couvrant 80% du coût du prédiagnostic et du diagnostic de la mise à niveau des PME dont le montant est établi à 3 millions de DA sera accordée par l’état. Cette décision a été prise hier lors du Conseil des ministres. L’initiative sera accompagnée d’un crédit bancaire dont les intérêts seront totalement bonifiés pour le reste de cette dépense. En deuxième lieu, il est offert un soutien à l’investissement immatériel à un niveau de dépense de 3 millions DA. Il s’agit d’une aide publique à hauteur de 80% de cet investissement, accompagnée de crédits aux intérêts totalement bonifiés pour les entreprises dont le chiffre d’affaires est inférieur à 100 millions DA. Une aide publique à hauteur de 50% de cette dépense, accompagnée de crédits aux intérêts totalement bonifiés, pour les entreprises dont le chiffre d’affaires est égal à 100 millions DA et inférieur à 500 millions DA est également accordée. Des crédits bancaires bonifiés sont accordés aux entreprises dont le chiffre d’affaires se situe entre 500 millions et 1 milliard DA. Le reste des mesures se concentrent sur le financement par un crédit bancaire dont 2% des intérêts sont bonifiés pour les entreprises dont le chiffre d’affaires se situe entre 1 et 2 milliards DA. De nombreuses autres actions sont aussi décidées. Toujours dans le domaine économique, le Conseil des ministres a approuvé un décret présidentiel portant réglementation des marchés publics. Trois Commissions nationales des marchés sont chargées des travaux, des études et des fournitures et services. Le gouvernement veut parvenir à accroître la transparence dans la gestion des deniers publics et consolider les instruments de prévention et de lutte contre la corruption. Désormais sera rendue obligatoire l’intégration dans le contenu de l’offre technique, des documents certifiant la mise à jour du soumissionnaire par rapport à ses obligations fiscales et envers la législation sociale. Sera aussi introduite la soumission des entreprises et établissements publics aux clauses du Code des marchés publics lorsqu’ils se voient confier une réalisation financée totalement ou partiellement sur concours définitif ou temporaire de l’Etat. Sera aussi introduite l’obligation de la signature par le soumissionnaire à un appel d’offres public, d’une déclaration de probité, et l’introduction d’une clause anti-corruption notifiant aux soumissionnaires les sanctions pénales encourues en cas de violation de la législation. L’exclusion de la participation aux marchés publics de tout opérateur ayant violé la législation et la réglementation protégeant les deniers publics, est aussi introduite. L’anonymat du jury ainsi que la précision des procédures de marché de gré à gré après consultation sont prévus par le projet de décret.

Le service contractant est tenu de rendre publique, au début de chaque exercice budgétaire, la liste de tous les marchés conclus durant l’exercice précédent, ainsi que l’identité des entreprises attributaires. Tout le dispositif est couronné par la création d’un observatoire de la commande publique destiné à recenser et analyser les données économiques relatives aux marchés publics. Promouvoir la participation de l’entreprise nationale à la satisfaction de la commande publique est un autre objectif recherché par l’Etat.

Source L’Expression Ahmed Mesbah

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires