Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 04:37

Formaliser le Boycott

Said Sadi au conseil national du RCD

 

Le RCD formalisera ce vendredi à l’occasion de la tenue d’une session ordinaire de son conseil national, sa position vis-à-vis des élections législatives du 10 mai prochain. Une position qui ne sera pas, à coup certain, autre que le boycott, tant la religion du parti à l’égard de ce rendez- vous électoral est faite depuis des lustres.
Plus d’un observateur averti de la scène politique nationale verrait d’un mauvais œil ou comme incongrue toute éventuelle participation du parti à cette élection au vu de l’opposition quasi frontale qu’il a adoptée depuis pratiquement son retrait du gouvernement. Une position accentuée ces dernières années au lendemain de la sortie du livre de Saïd Sadi consacré à l’un des héros de la révolution, le colonel Amirouche, et les fameuses marches du samedi revendiquant le départ du système initiées pour donner une suite politique aux émeutes de janvier 2011. Et c’est tout naturellement que l’option du boycott de ces élections était née et s’est affinée au fur et à mesure que le préalable d’une surveillance internationale, quantitative et massive, en amont et en aval de ces élections, avancé par le parti n’a pas reçu l’écho escompté au sein d’un pouvoir qui s’en tient à sa propre feuille de route. Et la session extraordinaire du conseil national du parti du 16 décembre dernier sonnait comme un ultime ultimatum au pouvoir, à l’occasion de laquelle Saïd Sadi évoquait la «guerre» que se livrerait la présidence de la République et le DRS autour du management de l’islamisme et la stratégie des quotas adoptée comme panacée pour maintenir le statu quo. Depuis, l’option de tourner le dos aux élections législatives du printemps prochain n’a fait que se renforcer au sein aussi bien du sommet que de la base militante du parti. Preuve a été donnée à l’occasion des nombreuses réunions et autres assemblées générales préparatoires du 4e congrès du parti prévu pour les 8, 9 et 10 mars prochain à la Coupole du complexe olympique Mohamed- Boudiaf. Conclaves durant lesquels les militants ont semblé avoir fait leur choix, celui du boycott, préférant mettre le cap sur ce prochain rendez-vous organique à la réussite duquel ils tiennent tous. Ce qui ressort également de tout ce que le parti a eu à produire comme littérature ces derniers temps et que la session du conseil national de demain aura tout simplement à formaliser et à entériner officiellement. Et avant ce congrès, pas moins de huit pré-congrès régionaux, initialement prévus pour ce week-end mais reportés en raison des intempéries, se tiendront les 24 et 25 du mois courant. Pour le centre du pays, trois regroupements sont prévus, d’abord celui que présidera Saïd Sadi aux côtés de Fatta Sadat et regroupera les délégués des wilayas d’Alger, Blida, Aïn Defla, Médéa, Djelfa et Tipasa, le second regroupera ceux des wilayas de Béjaïa, Sétif, Bordj Bou-Arréridj et Jijel et sera encadré par Rabah Boucetta et Hacène Mezoued, le troisième animé par Hakim Saheb et Nadir Hammouche et regroupera les délégués des wilayas de Tizi- Ouzou, Bouira et Boumerdès. Ceci pour la région centre. Pour l’est du pays, le précongrès animé par Amar Barki et Abdelhamid Hosna regroupera les délégués des wilayas de Batna, Khenchela, Oum El Bouaghi, Biskra, Tébessa, Skikda, Guelma, Annaba, Constantine, El-Tarf, Souk Ahras et Mila. Celui de l’ouest, piloté par Ahmed Benneguouche, Abdelkader Groucene et Tahar Besbas, concernera les wilayas de Sidi Bel-Abbès, Oran, Tlemcen, Chlef, Mascara, Aïn Temouchent, Béchar, Tiaret, Saïda, Mostaganem, El Bayadh, Relizane, Tindouf, Tissemsilt et Naâma. Pour le Sud, deux précongrès sont prévus : le premier, animé par Leïla Hadj Arab et Boubekeur Derguni, regroupera les délégués de Ouargla, Ghardaïa, Laghouat, El Oued et Adrar et le second, présidé par Mohammed Khendek et Achour Arab-Saïd, réunira ceux de Tamanrasset et Illizi. Le dernier pré-congrès concernera les délégués de l’émigration et sera animé par Rafik Hassani, Arezki Aïder et Youcef Merouche.

Source Le Soir d’Algérie M. Kebci

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires