Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 05:32

Ouyahia détourne la colère

ouyahia-copie-2

 

Lors de l'ouverture de la 6e session du conseil national du RND, jeudi, des contestataires de la ligne du secrétaire général du parti, Ahmed Ouyahia, se sont manifestés.

Le RND a achevé hier les travaux de son conseil national. La réunion n'a pas été aussi houleuse que des observateurs l'avaient laissé supposer. Mis à part quelques haussements de ton signalés, jeudi dernier, le conseil n'a pas connu de chamboulement. Hier, les travaux se sont poursuivis sans aucun incident.

«Il s'agit de deux ou trois personnes qui sont mécontentes», affirme un membre du conseil national, rencontré à la Mutuelle des matériaux de construction de Zéralda. «Hormis les quelques chahuts de jeudi, le conseil national a été l'un des plus ordinaires», affirme un proche de M.Ouyahia. Lors de l'ouverture de la 6e session du conseil national du RND, jeudi, les contestataires de la ligne du secrétaire général du parti, Ahmed Ouyahia, se sont manifestés. C'est le chargé de communication du RND, Belkacem Mellah, qui a ouvert la brèche. Il a invoqué l'article 50 du règlement intérieur et les statuts du parti qui donnent le droit au conseil national de retirer sa confiance au bureau politique pour en élire un nouveau. Pour sa part, Nouria Hafsi, chef de file des contestataires du RND, a demandé la parole pour lire un communiqué au nom du Front de protection du RND. Une demande rejetée par M.Ouyahia justifiant que le conseil national allait ouvrir un débat à huis clos sur la situation interne du parti. «Ce sera un espace de libre expression», a-t-il promis. Par la suite, une personne a fait irruption dans la salle scandant des slogans hostiles à l'actuelle direction du parti avant d'être évacuée. Il s'agissait, selon des cadres du parti, d'un sympathisant et non d'un militant. La personne a été chassée de la réunion. Les «redresseurs» ont quitté la salle. Mme Nouria Hafsi a distribué à la presse un communiqué non signé appelant à la tenue d'un congrès extraordinaire du RND avant les prochaines élections locales pour élire une nouvelle direction. Dans son discours, le secrétaire général du RND a invité ses détracteurs à s'exprimer au sein des instances légitimes du RND. «Nul ne saurait remettre en cause le droit à la libre expression et à la critique, pour peu que cela se fasse dans un cadre organisé», a-t-il martelé à l'adresse de ceux qui critiquent la gestion de l'actuelle direction du parti. Après avoir reconnu la «difficulté» de la mission qui consiste en la gestion du parti et souligné l'impératif d'opérer «une évaluation et un redressement», le secrétaire général du RND a appelé les militants à «préserver la réputation du parti et à ne pas verser dans l'invective». Une réponse directe à l'action menée par les redresseurs. Mercredi dernier, des militants du RND dont un membre fondateur ainsi que la secrétaire générale de l'Union nationale des femmes algériennes (Unfa), Mme Nouria Hafsi, avaient rendu public un communiqué pour contester la gestion actuelle du parti et créer leur «mouvement de sauvegarde du RND». Lors des débats à huis clos, certains mécontents ont eu droit à la parole pour exprimer leur revendications. «Ils se sont exprimés, mais ils ont été chahutés par l'assistance», nous confie un membre du conseil national. Les contestataires ont demandé le renouvellement du bureau national et la tenue d'un congrès extraordinaire. Dans sa réponse, M. Ouyahia a estimé que ce n'est pas le moment de tenir le congrès ni de changer les membres du bureau national. M.Ouyahia a expliqué que les élections locales se dérouleront dans quelques mois. Il a appelé, dans ce sens, au renforcement des rangs du parti pour améliorer son rendement. Dans une déclaration politique sanctionnant les travaux du conseil national, le RND a appelé au renforcement des rangs. Parmi les résolutions adoptées, on citera également l'interdiction du nomadisme politique. Le RND a décidé de passer à l'application ferme des mesures contre le tourisme parlementaire. Il n'acceptera plus les députés indépendants ou ceux des autres formations. Même les militants qui se présentent sur une liste indépendante seront exclus du parti. Le RND ne badinera plus avec le règlement intérieur. Le secrétaire général du RND, qui animera une conférence de presse ce matin, aura certainement à répondre sur plusieurs questions entre autres son départ du gouvernement, le mouvement de redressement. Certes, le RND n'est pas le seul à faire face à un mouvement de redressement. Mais cette levée de boucliers contre M.Ouyahia cache une arrière- pensée politique qui est liée à ses ambitions présidentielles.

Source L’Expression Nadia Benakli

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires