Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 07:47

Algérie - Constantine : Le parc d’attraction de Djebel El Ouahch rouvrira en été

Constantine-parc-d-attraction-de-Djebel-El-Ouahch.jpg

 

Ce parc, fermé depuis deux décennies et transformé en un lieu de débauche, constitue l’une des priorités de la wilaya.

En l’absence de lieux de détente et de loisirs, les familles Constantinoises, se ruent le week-end, sur la clairière Lamridj qui se trouve sur les hauteurs de la ville, seul espace propre et calme de la ville.

Après bien des efforts, les autorités locales ont réussi à sécuriser l’endroit (présence de la gendarmerie nationale) mais malheureusement ce site naturel ne peut pas, à lui seul, combler les désirs de milliers de familles. 
«Nous respirons un peu avec les gosses une fois par mois en venant ici. C’est un site très agréable mais il y a beaucoup de monde. Hormis, cet endroit je n’ai pas où aller avec ma famille, Constantine est une ville ennuyeuse surtout pour les enfants», déplore un père de famille rencontré sur place. Absence d’aires de loisirs et pourtant il existe un parc d’attraction mais qui est à l’abandon depuis 20 ans, aucun bassin aquatique opérationnel, aucune animation particulière au centre-ville, des boutiques qui ferment à 18 h, le printemps est là et il est vrai que les familles constantinoises n’ont d’autres choix que de quitter la ville pour passer un week-end. Triste sort pour une ville qui, jadis, était une vraie capitale régionale avec ses festivals de musique, son ambiance d’été, ses hôtels et ses rues animées.
Maintenant, tout a disparu ou presque, il est vrai que les infrastructures existent, elles n’accueillent aucune activité.
 Toutefois, les choses vont sensiblement changer à partir de cet été, car la wilaya essaye de se rattraper.
Son nouveau programme en matière d’infrastructures de détente et de loisirs est plutôt dynamique. Ainsi, selon un communiqué de la cellule de communication de la wilaya publié dernièrement, le parc d’attraction de Djebel El Ouahch rouvrira ses portes l’été prochain. Ce parc fermé depuis deux décennies et transformé en un lieu de débauche, constitue l’une des priorités du programme d'aménagement d'espaces de distraction et de loisirs, qui sera lancé au niveau de la wilaya.
Une excellente nouvelle pour les Constantinois, particulièrement ceux qui se rappellent du temps où l’on venait de toute la région Est pour passer un week-end heureux au parc Djebel El Ouahch, ses manèges et ses dizaines d’hectares de forêt.
Cette détermination des autorités locales a été presque spontanée et  la décision a été prise rapidement à l’issue d’une session de l’APW il y a quelques mois et dans laquelle les élus et le nouveaux wali ont eu à visionner  une vidéo sur l’état de délabrement avancé du lieu.  La wilaya se lance donc un véritable défi, car la réhabilitation du parc nécessitera le revêtement du sol, la réfection des façades et des différents réseaux ainsi que l'installation d’équipements de jeux. Signalons également que pour le programme quinquennal (2010-2014) il a été décidé la rénovation des espaces récréatifs tels que Lemridj et la piscine Sidi M’cid, et qu’une enveloppe de 104 millions de dinars a été prévue pour la réalisation de six opérations pour la préservation de l’environnement et l’aménagement du territoire, la réhabilitation du chemin des touristes et l’étude de l’aménagement touristique.
Enfin, le terrain se trouvant sur le site du grand Bardo fera l’objet de sérieuses études afin de moderniser tout le site qui se trouve au centre-ville, avec des hôtels de grand standing, des espaces artistiques, culturels et de loisirs.

Source Horizons Kaïs Benachour.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires