Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 décembre 2009 2 22 /12 /décembre /2009 00:41

Algérie - Constantine : Restauration de la vieille ville un projet en bonne voie
Constantine

Une exposition de photos dédiée à la ville palestinienne d’Hébron a été présentée par la société Casa Arabe, hier, au palais Malek Haddad.
Le but est de faire découvrir au public la splendeur de cette ville réhabilitée par les Espagnols, mais aussi de faire un premier bilan de ce qui a été fait en matière de rénovation dans la vieille ville de Constantine.  Le Wali, Abdelmalek Boudiaf, a profité de l’occasion pour rappeler aux présents que dans ce domaine, la wilaya consacre beaucoup d’efforts : «Constantine se distingue par son patrimoine, notamment sa vieille ville. J’ai travaillé dans la wilaya de Ghardaïa où j’ai assisté à une grande partie de la rénovation du vieux Mzab.
Ici nous avons plus de moyens et je suis heureux que les premiers résultats soient satisfaisants et déjà visibles. Nous avons aéré et restauré la place Mellah. Ce travail est celui des artisans et non de bricoleurs».
Et justement, à en croire les architectes chargés de la réhabilitation de la vieille ville de Constantine, l’Algérie dispose de moyens humains et matériels nécessaires pour exécuter ce genre de mission. Fini donc le bricolage qui a ruiné l’antique ville de Constantine depuis des années. L’équipe chargée de ce projet intitulé : Plan de sauvegarde et de mise en valeur des secteurs sauvegardés pour la vieille ville de Constantine, se félicite de la première partie de son programme qui comprend plus de 42 hectares de bâti : «Nous avons terminé avec la place et la rue Mellah où nous avons procédé en deux phases : l’assainissement de la rue puis la restauration du bâtis» nous expliquera une architecte. Elle ajoute : «Ce travail demande  de la patience parce que nous avançons au cas par cas, car tout dépend de l’état de dégradation des maisons. Nous prenons en compte aussi le cachet traditionnel de chaque bâtisse». Car il faut dire qu’à l’instar des grandes villes, le vieux constantinois comprend différents styles architecturaux notamment les styles ottoman, français et arabe, ce qui demande un certain savoir-faire et surtout du temps.
Pour M. Touam architecte et faisant partie du projet, il est clair que l’expérience des étrangers, européens en particulier, n’est pas indispensable quant on sait dit-il que les architectes spécialistes algériens dans le domaine de la restauration du vieux bâti  sont au nombre de 52. «Nous préférons faire de la formation ici, plutôt qu’ailleurs. L’échange d’expérience est important mais je dirai qu’il n’est pas aussi obligatoire. Il faut savoir aussi que ce plan de sauvegarde est un plan de gestion, car il sera exécuté à la lettre». M. Touam réclame par ailleurs le soutien des Constantinois dans ce projet, le but, selon lui, n’est pas de faire de Souïka une Médina qui ressemble à celle des villes marocaines ou tunisiennes. «On ne peut pas comparer Constantine aux villes du Maghreb.
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, habiter dans les maisons de la vieille ville n’est pas  facile, elles ne sont pas confortables et leur entretien nécessite beaucoup de temps et d’argent».
Les tentatives forcées de réhabilitation qui ont eu lieu à la fin des années 90 et début 2000, ont été perçues par les Constantinois comme un massacre, car au lieu de restaurer on a rasé des rues et des maisons entières et les traces sont malheureusement visibles surtout du côté de Souïka.
L’actuelle équipe réglera aussi ce problème. Il est donc prévu entre autres de reconstruire des maisons tout en respectant l’architecture et le cachet de la vieille ville. Une autre proposition est à l’étude, selon M Meziane, architecte et urbaniste qui compare déjà Souïka à Timgad ou à Tidis, car pour lui, les ruines n’appartiennent pas seulement aux romains et si on laisse ces décombres dans leur état actuel, ça donnera une ville musée.
Source Horizons Kaïs Benachour.
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires