Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 09:11

Algérie - Constantine: Les retraités dans la rue manifestation algerie 

 

La poursuite de la grève illimitée des postiers à Constantine a fini par mettre à bout de nerfs les retraités qui, ne pouvant supporter d'être privés de leur maigre pension, sont montés au créneau.

En réaction à cette situation qu'ils qualifient de «préjudiciable», disent-ils, ils ont fermé les allées Benboulaid à la circulation automobile. Hier, devant la recette principale d'Algérie Poste, située au centre-ville de Constantine, ils étaient des centaines à se présenter dans l'espoir de retirer leurs pensions.

Malheureusement pour eux, les portes de cette dernière se trouvaient toujours fermées et ce, malgré des informations qui faisaient état que les bureaux de poste seront ouverts les 24 et 25 avril courant, pour permettre justement le retrait des virements des pensions, avec la précision que c'était juste pour assurer le payement de celles-ci.

Les retraités ont d'abord fait preuve de patience en s'attroupant sur la place de la Brèche faisant face à la grande poste. Ils étaient plusieurs centaines, mais d'autres ne cessaient d'arriver encore, jusqu'à gêner la circulation. Au fur et à mesure, la foule grossissait et devenait plus dense. Les commentaires se faisaient de plus en plus acerbes contre les postiers, contre les grévistes, contre les autorités locales, etc. Aux environs de 10 heures et quart et après avoir été informés que des retraités avaient fermé la route près de la poste de Daksi, la foule s'est dirigée vers les allées Benboulaid pour en faire de même. Dans ces allées se trouvant en plein centre-ville, il y avait des policiers en faction et ceux-ci sont tout de suite intervenus pour essayer de raisonner les protestataires qui, debout ou assis, formant une masse compacte sur plusieurs mètres, empêchaient la circulation. Les policiers ont eu beau argumenter « qu'empêcher par exemple l'évacuation d'un malade par ambulance, qui n'a rien à voir avec Algérie Poste et avec la grève, n'est pas juste ni raisonnable ». Les réponses des protestataires fusaient « et nous, ne sommes-nous pas otages d'un conflit qui ne nous concerne pas ? Pourquoi refuse-t-on de nous payer ? Au nom de quoi sommes-nous privés de notre argent et de nos économies ? Pour qui se prennent-ils ces postiers ? »

Dans ce mouvement de colère des retraités, il est à indiquer que c'est un peu toute la ville du vieux rocher qui est sens dessus, dessous. Ainsi, il est à signaler que d'autres routes ont été barrées, à l'instar de celle de Daksi, comme souligné plus haut, etc. Il est aussi signalé que des bureaux de poste surtout dans la périphérie de la ville ont ouvert, mais de leur propre initiative et juste pour régler les pensions des retraités, bureaux qui ont d'ailleurs été pris d'assaut par les concernés. Enfin, il est noté que les protestataires de la grande poste ont réussi à avoir finalement gain de cause, puisque celle-ci a finalement rouvert vers 11 heures 30, certainement sous la pression et l'intervention des autorités locales et ce, pour éviter l'émeute, car tous les ingrédients pour la déclencher étaient réunis.

Vers midi donc, et sous la surveillance de policiers antiémeutes présents devant le portail de la poste, et pour éviter des bousculades, on laissait passer un par un des usagers qui pénétraient pour se faire payer leur pension. Du côté de la poste, son premier responsable, M. Boudjatit, a informé, vers 13 heures, que spécialement pour payer les retraités de la wilaya, 56 bureaux ont ouvert les guichets. Tous ont été approvisionnés en fonds pour deux journées, afin de payer les quelque 80.000 retraités de la wilaya. Aujourd'hui lundi, 10 autres annexes devaient également ouvrir pour le même service.

Source Le Quotidien d’Oran A. El Abci

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires