Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 23:53

Achèvement et mise en conformité des constructions : Un délai de cinq ans pour terminer les éternels chantiers

Le permis de construire délivré en fonction de la situation financière des demandeurs. – Un délai de 5 ans pour parachever les constructions
La machine pour la mise en conformité et l’achèvement des constructions est mise en branle. Des textes d’application pour la mise en œuvre de la loi 08-15 du 20 juillet 2008 relative à cet aspect sont promulgués et des brigades des collectivités locales accompagnées par des spécialistes de l’urbanisme et de la construction (DUC) seront déployées sur le terrain pour le recensement des battisses concernées par la loi et la sensibilisation des propriétaires à régulariser leur construction.

Pour mener au mieux cette opération, une journée d’information et de sensibilisation a été organisée, ce jeudi, par le ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme à Alger. Regroupant les cadres du secteur ainsi que les représentants des collectivités locales de la région centre du pays, M. Noureddine Moussa a expliqué les tenants et les aboutissants de cette loi. L’objectif étant, dit-il, de mettre fin à l’anarchie architecturelle qui dénature les villes.
Cette loi, explique-t-il, concerne quatre cas de figure. Il s’agit des constructions non achevées et non conformes au permis, les bâtisses achevées   mais non conformes au permis. Le ministre a également évoqué le cas des constructions  achevées mais sans permis et enfin les bâtisses non achevées et sans permis. La loi prévoit pour ces cas, respectivement, la délivrance des permis d’achèvement, des certificats de conformité, des permis à titre de régulation et pour la dernière catégorie les permis d’achèvement à titre de régulation.  Les concernés doivent cependant formuler une demande auprès du président de l’APC territorialement compétent pour demander la régularisation de sa construction.
Le ministre a insisté sur le fait que cet acte déclaratif reste volontaire ajoutant, toutefois, que la loi accorde un délai de cinq ans. Ceci dit, l’opportunité n’est pas à rater. Au delà de cette échéance, les sanctions, a-t-il averti, seront «sévères».
Les traitements des dossiers se feront au cas par cas et la réponse interviendra dans un délai de trois mois. Selon le ministre, la loi apporte des facilitations et profite aux propriétaires des logements dans la mesure où le certificat de conformité constitue «la pièce essentielle de toute transaction immobilière (achat et location). Il y aura également des permis de construction partiels. Ces derniers seront attribués aux citoyens ayant commencé leur construction mais n’ont pas assez d’argent pour la terminer. Il s’agit donc d’un permis adaptable aux bourses». «Cette loi prend en considération la situation financière des propriétaires», explique le ministre avant d’ajouter que les conditions de mise en conformité sont claires et les concernés  sont explicitement déterminés par la loi.
Réhabilitation du bâti : «la ville de Barcelone, un modèle à suivre»
 
Partant de ce principe, le ministre a instruit ses cadres de mener une campagne de sensibilisation et de démarrer le processus afin que cette loi soit mieux vulgarisée et appliquée pour atteindre les objectifs. «Nous ne devons pas rester en spectateur. Nous devons prendre la ville de Barcelone comme  exemple. Après avoir réhabilité son bâti, elle  est devenue une des villes les plus visitées au monde». Le non-parachèvement des constructions ou leur non-conformité par rapport aux normes agresse, soutient-il,  l’environnement.  Le pire dans tout cela, déplore M. Moussa, c’est le fait que même «les constructions autorisées connaissent des extensions anarchiques» engendrant «des chantiers éternels». Un fait qui se répercute  négativement sur nos villes et donne «une mauvaise image aux étrangers qui viennent au pays». Le potentiel touristique de l’Algérie «est le plus important dans le bassin méditerranéen. Mais il ne peut être valorisé si la façade des villes reste à désirer». Selon le ministre, les statistiques de 2008 montrent  que 56% du parc immobilier sont des constructions individuelles et 19% sont des maisons traditionnelles. «Généralement ce sont les constructions dépendant des particuliers ou de la réserve foncière communal qui ne sont pas achevées. Les coopératives immobilières respectent souvent les délais»n a-t-il constaté avant d’enchaîner : «il est temps de mettre de l’ordre dans le secteur, d’autant plus que l’Etat consacre des budgets importants-300 milliards de dinars- pour  la viabilité».
Un fichier national pour le contrôle des actes urbanistiques

Pour sa part, le secrétaire général du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, a, dans son intervention, indiqué qu’il est impératif de prendre en charge le problème relatif à la gestion du bâti et d’œuvrer pour qu’il soit plus «cohérent et organisé». Les moyens techniques et même matériels existent, soutient-il, mais ils devront être accompagnés par l’implication de tous les acteurs concernés y compris les citoyens. Le représentant du département de Yazid Zerhouni plaide à ce qu’il y ait une responsabilité collective et solidaire dans le traitement de ce dossier aussi délicat par la création d’un fichier national pour le contrôle des actes urbanistiques. Il informera qu’une instruction sera adressée à tous les walis afin de s’impliquer dans la mise en œuvre de la loi en question.
Source Horizons Wassila
Ould Hamouda.
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires