Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 05:28

Alger veut plus que les armes

mig-29.jpg

Dans son édition du 18 août dernier, l'agence russe d'information internationale, RIA Novosti, a affirmé que l'Algérie souhaite que ses importations d'équipements militaires russes soient accompagnées d'un transfert des technologies. Viktor Komardine, vice-PDG de l'Agence russe d'exportation d'armements Rosoboronexport, a ainsi déclaré que « la partie algérienne veut produire des pièces de rechange pour les équipements déjà fournis ». Cette annonce vient confirmer, si besoin est, l'intérêt porté par Alger pour le volet armement, déjà perceptible dans sa volonté de diversifier ses fournisseurs en matériel de guerre. L'Algérie est le huitième acheteur d'armes au monde, sur la période 2006 2010 où elle a acquis 3 % des armes conventionnelles vendues dans le monde, à égalité avec les Etats-Unis et l'Australie, et est considérée, au même titre que l'Inde, la Chine, le Venezuela et le Vietnam, comme l'un des principaux importateurs d'armements russes. Ainsi, lors des cinq dernières années, les contrats d'armements conclus par l'Algérie avec Moscou ont avoisiné les 16 milliards de dollars, le plus grand marché étant celui conclu à l'occasion de la visite de l'ex-Président russe, Vladimir Poutine, avec l'achat d'une dizaine d'avions, notamment des Mig. A propos du transfert de technologies demandé par Alger, Moscou aurait proposé au gouvernement algérien des facilités de paiement en matière de transfert de technologies, lui promettant les systèmes les plus modernes d'armement marin et balistique, et une formation des ingénieurs algériens en maintenance et montage des systèmes d'armement compliqués, si Alger venait à choisir la Russie pour conclure le deuxième plus grand marché d'armement conclu par l'Algérie, au cours de ces dernières années.
Une proposition faite pour « court-circuiter » les négociations menées entre le ministère de la Défense algérien et les sociétés américaines d'armements pour une liste de commandes d'armes, où est incluse la nouvelle génération d'appareils de détection d'obus, d'explosifs et de mines, lesquels ont montré leur efficacité lors de la guerre d'Irak. Les négociations entre Alger et Washington autour de ce marché d'armes ont trébuché, au cours des trois dernières années, et l'Algérie avait informé les Etats-Unis que « tout retard dans la livraison de tels équipements influera sur les relations militaires entre les deux pays ».
La coopération russo-algérienne tend à la création d'une usine de construction de véhicules blindés ainsi que d'une autre destinée à la maintenance d'avions bombardiers. Selon le responsable de Rosoboronexport, la Russie et l'Algérie ont créé un groupe de travail qui comprend, entre autres, des représentants de sociétés industrielles des deux pays, et a pour but de suivre la réalisation des contrats signés. Alger, qui tend à diversifier ses fournisseurs militaires, s'est déjà tourné vers l'Allemand ThyssenKrupp, un des leaders du secteur naval européen, dont les activités couvrent les navires de surface, les sous-marins et les services de soutien à la flotte, pour construire des frégates développées et sophistiquées, probablement de type Meko A-200, et former les personnels navals algériens. Par ailleurs, le géant italien de la construction navale, Fincantieri a annoncé, le 27 juin dernier, que l'Algérie avait choisi la société Orizzonte Sistemi Navali, une de ses joint-ventures, pour la réalisation d'un bâtiment de projection. Cette unité, présentée par l'industriel italien comme un « navire de débarquement et de support logistique », serait construite dans les chantiers navals en Italie, sans toutefois indiquer ni ses caractéristiques, ni sa date de livraison.
Outre ce navire de débarquement et de soutien logistique, l'Algérie envisagerait de commander deux grands navires amphibies afin de remplacer les deux bâtiments de débarquement de chars du type Kalaat, mis en service en 1984. Dernières emplettes sur le marché des armes, le contrat pour l'achat de deux corvettes de type Tigre avec la société Russia United Shipbuilding Corporation et l'exportateur d'armes russe Rosoboronexport.

Source Le Quotidien d’Oran  Moncef Wafi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires