Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 08:00

Il sera sans intérêt pendant 2 ans

assouplissement-credit.jpg

 

 

Le crédit bonifié à concurrence à hauteur de 1 million de dinars par hectare accordé aux fellahs pour la création des exploitations agricoles sera à un taux zéro pendant les deux années de sa mise valeur.

C’est ce qu’a affirmé, hier, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Rachid Benaïssa, en marge de la journée d’information organisée à l’institut national de recherche en agronomie (INRA) d’El-Harrach (Belfort) .«Le taux d’intérêt sera fixé à 1 % à partir de la 3e année, à 2% pour la 4e et à 5 % pour la 5e ».

Les modalités d'application du crédit bonifié destiné à la création de nouvelles exploitations agricoles et d'élevage devraient être finalisées avant la fin du mois. «Nous sommes en train de finaliser les normes d’application avec la BADR», a indiqué également le ministre. Toujours dans le cadre de ces nouvelles mesures, Benaïssa a expliqué que les concessionnaires bénéficiaires d’une parcelle de superficie inférieure à 10 hectares peuvent solliciter, auprès de la BADR un crédit bonifié ne dépassant pas 1 million de dinars par hectare.

Ils peuvent également bénéficier des autres avantages pour la création des exploitations agricoles dans le cadre de la politique du renouveau rural. Pour ce qui est du domaine privé non exploité, il s’agit, selon lui des dispositifs facilitant l'accès au foncier agricole. Le propriétaire n’ayant pas d’attestation de propriété doit délivrer un certificat de possession par l’APC ou un titre de propriété par voie d’enquête foncière fixé par la loi n° 07 -02 du 27 février 2007. Pour bénéficier du crédit bonifié, il doit se rapprocher de la BADR muni de l’attestation de validation du projet et du certificat de propriété et confirmé dans un cahier des charges, consigné par lui-même et le directeur de l’ONTA. Dans le cadre de l’appui technique, une autre mesure est importante à noter : « Les agriculteurs peuvent bénéficier d’une étude approfondie à titre gratuit, élaborée par le Bureau national études pour le développement rural et peuvent solliciter un accompagnement assuré par l’Entreprise algérienne de génie rural (Eagr). Le ministre a appelé, à cet effet, les conseillers agricoles, les vulgarisateurs, les chambres d’agriculture et les radios locales à traduire ces connaissances pour mieux orienter les fellahs sur le terrain. «Toutes les structures locales sont appelées à communiquer et à vulgariser ces informations et ce, dans le but de la valorisation des terres non exploitées, mais aussi d’inciter ceux qui n’ont pas de terres à accéder au régime de la concession». Les concessionnaires bénéficiaires de parcelles de superficies supérieures à 10 hectares, sont libres de négocier les crédits auprès de la BADR dans le cadre de la législation en vigueur du 23 février 2011. Des journées de sensibilisation autour de ces mesures seront lancées, le 19 mars, à travers toutes les wilayas du pays, même dans les régions les plus reculées, a annoncé le ministre.

Source Infosoir Samia Lounes

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires