Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 06:14

La guerre aux portes de l'Algérie?

MALI AZAWAD

 

La guerre est aux portes de l'Algérie! Aura-t-elle les moyens en si peu de temps d'éviter une catastrophe à ses frontières?

Le délai de 45 jours accordé aux efforts de paix par les pays de la Cédéao appuyés par les puissances occidentales sera-t-il suffisant pour amener les différents groupes armés à abandonner leurs velléités sécessionnistes dans le nord du Mali? Au vu de l'évolution de la situation à Gao et à Tombouctou, on est tenté de répondre par la négative, estiment des observateurs. Désormais, il y a, en effet, trop d'enjeux sur un territoire grand comme la France pour que cette dernière, à titre d'exemple, n'intervienne pas militairement pour protéger ses propres intérêts économiques.
Dans ce contexte, le délai de 45 jours accordé par le Conseil de sécurité pour établir un plan d'action devant permettre de préparer une intervention militaire au nord du Mali contrôlé par des groupes terroristes porte les germes d'un ultimatum destiné aux différentes formations terroristes et un instrument de pression qui ne manquera certainement pas de les pousser à réfléchir, indiquent, par contre, des stratèges bien avertis, qui soulignent que cette durée pourrait être un facteur favorable pour l'Algérie qui continue malgré son accord de principe pour une intervention militaire, à privilégier la voie des négociations pour une sortie de crise.
Néanmoins, nos sources continuent de croire que la déclaration de guerre d'inspiration française, vise à impliquer l'Algérie dans un conflit qui la touche directement, mais qu'elle a toujours traité diplomatiquement en tenant compte des exigences du bon voisinage et de la non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays.
Pour les concepteurs de l'ultimatum, il est peut-être impossible que les négociations avec les fractions armées aboutissent en un temps aussi court.
L'objectif de ce énième tour de passe-passe juridico-diplomatique est de couvrir leurs plans par une légitimité internationale qui leur permettrait de transformer le nord du Mali en un second Afghanistan.
La guerre est aux portes de l'Algérie! Aura-t-elle les moyens en si peu de temps d'éviter une catastrophe à ses frontières? Si certains pensent que cet ultimatum joue en faveur de l'Algérie, d'autres croient que ça serait surréaliste. Le défit est majeur!
L'Algérie est en tout cas la mieux informée sur la situation au Mali et ses rapports de force, et avant de donner son accord elle a étudié tous les scénarios possibles!
L'évolution dans sa position intervient par rapport aux nouvelles donnes dans la région, soulignent nos sources. Ceci dit, certains courants politiques des pays voisins, à l'image du Rassemblement national pour la réforme et le développement (Tawassoul), mauritanien de tendance islamiste, avertissent sur les conséquences d'une telle démarche.
Cette formation a mis en garde contre les retombées «néfastes» pour tous les pays de la sous-région. Elle souligne dans un communiqué rendu public: «Nous rejetons et mettons en garde contre les graves conséquences pour la région dans son ensemble de toute intervention étrangère guidée par les pays occidentaux en fonction de leurs programmes et de leurs intérêts et notre opposition contre la transformation du nord du Mali en champ d'une guerre régionale dont on ne peut prévoir la fin ni la durée...» C'est par rapport à ce même contexte que le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest menace d'ouvrir les portes de l'enfer et d'exécuter les otages français. La réaction la plus facile coïncide avec la visite de François Hollande en Afrique d'où il a confirmé «nous avons toujours dit que nous ferions toujours tout pour permettre la libération de nos otages».
Le dossier relatif à la crise malienne a été largement abordé par le chef de l'Etat français lors de sa tournée qui l'a conduit à Dakar puis Kinshasa, en République démocratique du Congo, pour le 14e Sommet de la Francophonie. Dans 45 jours, on sait, en tout cas, que c'est la guerre si l'Algérie ne parvient pas à convaincre les parties adverses!

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires