Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 07:27

Zoom sur le mariage mixte

Yacine-Bendjemline.jpg

Yacine Bendjemline, le réalisateur du film.

 

Le film «Hanine», (Amertume) réalisé par Yacine Bendjemline, a été présenté, samedi dernier en soirée en avant première à la salle El Mouggar. Réalisé en 2010, durant un mois, ce long métrage dépeint l’histoire d’une quête permanente de l’identité nationale.
Un grand nombre de comédiens participe. On comptera : Abdelhamid Rabia, Sid Ali Bensalem, Linda Yasmine, Amar Marouf, Fatiha Berber, Madani Namoune, Nadia Talbi, Youcef Meziani, Wahiba Hadji, Aziz Guerda, Rabah Lachaà, Abdelkader Boudjadja, Hafida Bendiaf, Khaïl.
La trame de ce film gravite autour de l’histoire de Youcef Meziani et Simone Gourdelier. Une union couronnée par un mariage et la naissance d’une fille. Ce révolutionnaire épouse Simone qui l’a secouru durant la guerre de libération nationale. Un jour, Youcef décide de rentrer au pays. Son épouse refuse de l’accompagner. Cinq ans après, Simone rappelle son mari pour renouer avec lui. Elle a un espoir de le reconquérir. Youcef s’engouffre sans s’apercevoir dans un imbroglio sans précédent dans un monde complexe et parfois même alambiqué.   
Les scènes, essentiellement en extérieur, sont entièrement tournées à Alger et à Tunis, dans un décor extérieur. Cette fiction distribuée par «Riwaya Production», se propose de donner des fresques de l’identité nationale dans son aspect le plus significatif et le plus large.
Des luttes, des angoisses et le retour aux sources sont décrits avec dextérité grâce aux talents des comédiens. Vivre dignement, aimer sincèrement, atteindre ses rêves, écouter l’autre, vivre en harmonie et en communauté, toutes ces valeurs humaines ont été fortement exprimées dans ce film. Une salve d’applaudissements a ponctué l’avant première de ce film qui interpelle l’opinion autour du mariage mixte et de l’identité nationale. Cette production contribue  aussi à relancer la réflexion identitaire encore de l’heure malgré l’évolution des époques.
Même si le film se rapproche d’un genre nouveau, ce cinéaste a tenu à parfaire son travail. Cette histoire nous transporte dans la chaleur d’une vie sociale parfois perturbée. Les acteurs  ont su transporter au téléspectateur la sincérité dégagée dans leur jeu. Des scènes bien cadrées et bien jouées ne donnant pas cette impression d’un «amas» de gestes et de discours anarchiques qui manquent de recherche et de talent.
Yacine Bendjemline est un réalisateur qui témoigne d’un remarquable sérieux. Aujourd’hui, ses films suscitent toujours autant d’intérêt qu’au cours de sa carrière dans le cinéma. Yacine Bendjemline à l’art de sublimer les situations quotidiennes anodines vécues par tout le monde. Grâce au débat qui a suivi  la projection, le public a la possibilité de s’exprimer. A la lumière des réflexions émises le film est mieux compris et mieux situé. Il fera savoir, par ailleurs que son film sera probablement diffusé à la télévision algérienne.

Source Horizons S.S.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires