Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 08:15

Fellag et Bouchareb dans la dernière course aux Oscars

hors-la-loi-de-rachid-bouchareb

Fellag

 

«Si tu ne veux pas être une étoile dans le ciel, soit une lampe chez toi.» Proverbe marocain

Il ne reste que deux jours pour connaître les heureux finalistes pour l'Oscar 2012 du meilleur film étranger. Si aucun film algérien n'est présent au concours, deux figures importantes du cinéma algérien se disputeront la finale mardi: il s'agit d'un comédien, Mohamed Fellag, qui interprète le rôle principal dans Monsieur Lazhar qui concourt pour le Canada, et Rachid Bouchareb, le producteur de Omar m'a tuer réalisé par Roshdy Zem et qui représente le Maroc. Dans les deux cas, les couleurs de l'Algérie seront associées. Mais ce n'est pas encore acquis. Fidèle à son habitude, l'Académie a écarté d'office des films très réputés. Et des titres, dont nous n'avons pas encore beaucoup entendu parler sur le circuit international sont toujours dans la course. Les membres de l'Académie chargés de sélectionner les candidats dans la catégorie du meilleur film en langue étrangère sont connus pour leur intransigeance. Ils ont retenu neuf longs métrages parmi les 63 qui leur ont été soumis. Cinq de ces neuf productions seront désignées finalistes dans la catégorie. L'annonce sera faite mardi prochain, au moment où l'Académie rendra publique sa liste de nominations. Pour le moment c'est le France, qui fait les frais de cette intransigeance, puisque après Des Hommes et des Dieux l'année dernière, le très beau film La Guerre est déclarée, de Valérie Donzelli, a été écarté de la shortlist dès le deuxième tour. La France est de nouveau exclue d'entrée de jeu cette année, même si le film The Artist est présent dans la catégorie des films en anglais. L'Académie a également écarté des chefs d'oeuvres tels que The Flowers of War du Chinois Zhang Yimou, Le Havre du Finlandais Aki Kaurismäki, Le cheval de Turin du Hongrois Béla Tarr, Terraferma de Italienne Emanuele Crialese, Et maintenant on va où? de la Libanaise Nadine Labaki, (récompensée récemment au Fofa), Miss Bala du Mexicain Gerardo Naranjo et Once Upon a Time in Anatolia du Turc Nuri Bilge Ceylan. En demi-finales presque des inconnus à l'Image: Bullhead du Belge Michael R. Roskam, Superclásico du Danois Ole Christian Madsen, Pina de Allemand Wim Wenders, Footnote de l'Israélien Joseph Cedar, In Darkness du Polonais, Agnieszka Holland et Warriors of the Rainbow: Seediq Bale du Taiwanais Wei Te-sheng. Le plus grand favori pour figurer dans la short list est le film iranien Une séparation, considéré d'ores déjà comme le grand favori, surtout après sa victoire aux Golden Globes. Pina, excellent documentaire en 3D de Wim Wenders, est aussi pratiquement assuré d'une sélection parmi les cinq finalistes. Les sept autres films devront se disputer les trois places restantes. Avec le mode de fonctionnement très complexe que privilégie l'Académie pour choisir les finalistes, chaque année amène son lot de surprises.

Source L’Expression Amira Soltane

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires