Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 05:56

Le cinéma français s’invite en Algérie

cinema Algerie

 

Un regard sur les films de la nouvelle création cinématographique française est proposé du 20 au 25 du mois d'octobre à la Cinémathèque d'Alger. Ces journées cinématographiques, organisées par le la Cinémathèque algérienne et l'Institut français d'Algérie, se veulent une occasion d'échanges culturels et d'expériences entre les deux pays.

«Fraîcheur, créativité, audace, nous sommes heureux de mettre à la disposition des cinéphiles algériens une sélection de films récents marqués à la fois par l’effervescence d’une époque, par les interrogations que suscitent les tiraillements de la société, mais aussi par l’exigence esthétique et le goût de l’expérimentation qui sont ceux de nombreux scénaristes français», a déclaré hier le directeur de l’Institut français en Algérie, Jean-Claude Voisin, lors d’une conférence de presse organisée à la Cinémathèque d’Alger. Des projections de films, des rencontres et des ateliers de formation sont au menu des organisateurs qui œuvrent «pour favoriser de véritables échanges entre professionnels français et algériens autour de la filmographie». Un cycle Alain Resnais est également programmé lors de cet évènement où le public pourra assister à la projection de «Hirosima, mon amour», «Mon oncle d’Amérique» et «On connaît la chanson».

Quant aux rencontres, elles se veulent un rendez-vous de découverte, de réflexion, de débat et de formation, où les critiques et chroniqueurs de cinéma «aptes à faire connaître et mettre en relief toutes les formes du cinéma» vont associer ce cycle de création à une réflexion sur le métier de critique de cinéma. Tous les aspects du cinéma seront entre autres discutés dans le cadre d’une table ronde ouverte aux spécialistes et aux cinéphiles. Un atelier sur les métiers du cinéma, la thématique retenue étant celle de cet ingrédient à côté de l’image, le son à destination des techniciens, ingénieurs du son et réalisateurs. Entre autres, une master class destinée au journalistes et commentateurs professionnels sera organisée en marge de ces journées cinématographiques.

Afin de décentraliser ses activités culturelles, l’Institut français en Algérie a programmé deux journées cinématographiques à Tlemcen et Oran du 29 au 30 octobre courant à raison de deux films par jour. 

Source Le Jour d’Algérie Abla Selles

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires