Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 10:11

Les hooligans sont de retour

Suporteurs El Harrach

On se demande ce qui pourrait se passer samedi prochain à l'occasion du match USMH-MCA et d'un éventuel CRB-USMH en demi-finale ou en finale de la Coupe d'Algérie.

Encore des actes de vandalisme dans nos stades. Gagnant ou perdant, le recours à la violence dans les tribunes est perçu par des supporters de certains clubs, comme un moyen d'encourager leur team. Hier au stade olympique 5-Juillet, les actes de violence ont été enregistrés avant et pendant le match USMH-USMA comptant pour les quarts de finales de la Coupe d'Algérie qui a vu les Harrachis arracher leur ticket qualificatif aux demi-finales, victoire remportée aux tirs au but (4-1). Au-delà du résultat final, le point noir reste l'agression subie par l'équipe technique de la Télévision nationale chargée de la retransmission en direct de cette rencontre. Bilan: deux caméras de haute définition HD ont été complètement saccagées et plusieurs sièges des tribunes ont été détruits. Résultat: la retransmission de la seconde mi-temps a été suspendue en plus des accrochages avec les services de sécurité chargée d'assurer l'ordre durant cette rencontre. Une grande perte pour les amateurs du football qui attendaient avec impatience ce rendez-vous sur le petit écran. Sans pointer du doigt aucune partie de supporters, la violence a été constatée, selon les images de la télévision, dans les gradins occupés par les supporteurs harrachis. Ce qui s'est passé avant-hier au stade 5-Juillet pourrait être un acte prémédité, sinon comment expliquer le déclenchement de la violence avant même l'entame de la rencontre. Vers la fin de la première mi-temps, les caméras de l'Entv ont été détruites, alors que les deux équipes se sont séparées sur un score nul de 0/0. Les raisons d'une telle action ne peuvent être aucunement justifiées. Généralement, ce sont les supporters de l'équipe vaincue qui ont recours au vandalisme ce qui n'était pas le cas avant-hier. L'USMH est bel et bien l'heureuse équipe qui rejoint le carré d'as. Les responsables de la Télévision ont condamné hier, dans un communiqué publié par l'APS, ces incidents. Le chef du service des sports de l'Eptv, Yacine Bourouila, ne veut rien avancer sur les suites à donner à cette affaire. «On attendra le rapport qui sera établi pour voir quelles seront les démarches à suivre. Le plus important c'est qu'il n'y a pas eu de pertes humaines», a-t-il souligné. De son côté, le directeur général du Complexe olympique Mohamed-Boudiaf (OCO), Noureddine Belmihoub, lance un appel pour agir «fermement» afin de combattre le fléau de la violence dans les stades.

Et d'affirmer que l'évaluation des dégâts survenus dans les tribunes «devrait se faire dans les toutes prochaines heures. Ceux qui sont derrière ces actes doivent payer le prix fort». Pour le président de la Ligue de football professionnel (LFP), Mahfoud Kerbadj, les dégâts matériels occasionnés lors de cette rencontre seront remboursés par le club dont les supporters en seront jugés coupables. «Les rapports du match établis par les différentes parties concernées vont déterminer les responsabilités de chacune des deux équipes dans les dégâts matériels survenus au stade 5-Juillet. Le club, dont les supporters en seront jugés coupables, sera contraint de payer les frais aux parties victimes», a-t-il déclaré à l'APS. Devant une telle situation, on se demande d'or et déjà ce qui pourrait se passer samedi prochain à l'occasion du match qui opposera cette même équipe de l'USMH, avec ses supporteurs, au Mouloudia d'Alger, dans le cadre du championnat Ligue I. La rencontre aura lieu dans ce même stade, sauf changement de dernière minute. Ne risquerons-nous pas de nous retrouver face à un nouveau scénario? La vigilance est de mise! On se demande également ce qui se passera lors d'un éventuel USMH-CRB en demi-finale de Dame Coupe qui se jouerait sur cette même pelouse. Espérons que le tirage au sort n'annoncera pas une telle affiche pour épargner au football national ces scènes désolantes! On se rappelle notamment de ce qui s'est passé l'année dernière à l'occasion de la finale de la Coupe d'Algérie lorsque les supporters harrachis -malheureusement ce sont eux- s'en sont pris aux fans de la JSK durant le match. Toujours dans la même foulée, il faut rappeler que la violence n'a jamais quitté les stades algériens durant ces 10 dernières saisons. D'ailleurs, pas plus tard que cette saison, les stades des quatre coins du pays ont connu ce genre de scènes regrettables.
Et suffit juste de rappeler ce qui s'est passé à Constantine lors du match CSC-ASO, à Zabana lors du match MCO-WAT, à El Eulma lors de la rencontre MCEE-ESS à El Khroub lors du match ASK-CSC Béchar à l'occasion des matchs JSS-USMB et JSS-MOB, de la rencontre RCK-MOB et la liste est encore très longue pour mesurer la gravité de la situation caractérisée par toute cette violence. Pour rappel, la saison dernière, le pire a été évité de justesse lors de plusieurs matchs considérés à hauts risques à l'instar des MCA-USMH, CSC-MOC, ASK-CSC, MCO-WAT et MCO-ASO, RCK-NAHD, ESS-MCEE, USMAn-CABBA, USMB-OM et nous passons. D'ailleurs, le dernier derby constantinois CSC-MOC, a tourné au drame lorsqu'un jeune de 19 ans a été égorgé en pleines tribunes.

Malheureusement, toutes les mesures et les décisions prises par les différentes instances gérant le football algérien et ce, à commencer par l'instauration des huis clos, n'ont finalement pas suffi pour calmer les esprits des «hooligans».
A quand des décisions fermes pour faire face à ce vrai danger? Seuls les prochains jours nous le diront. En attendant, la violence dans les stades fait toujours l'événement.
Espérons seulement que lors du prochain derby algérois prévu ce samedi au 5-Juillet, lesdites instances prendront cette fois, leurs précautions surtout, quand on sait, que presque tous les derniers MCA-USMH ont été émaillés par des scènes de violence regrettables que ce soit au 5-Juillet, à Bologhine, au 1er Novembre, au 20-Août et même à Rouiba. C'est en quelque sorte, le match qui tient en haleine à toute la capitale et ses environs.

Source L’Expression Tahar Fattani et Mounir Benkaci

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires