Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 10:53

Algérie - Augmentation des salaires : Une portée sociale et politique

 

 dinar-d-valu-.jpg 

 

 

Si le 1er mai, comme partout à travers le monde, a quelque peu perdu de son aste dans notre pays, les travailleurs ne risquant pourtant pas d’oublier cette date de sitôt. Une fois n’est pas coutume, elle ne fut pas cette fois-ci réduite à une simple journée chômée et payée. De substantielles augmentations ont été annoncées pour l’occasion au profit des travailleurs. Mieux, le 1er mai 2010 couronne une série de conquêtes pour le monde du travail. La plus symbolique étant la revalorisation à partir du 1er janvier  du SNMG. Les salaires du corps des enseignants qui forme un des bataillons de la fonction publique avaient ensuite connu la même courbe ascendante.  Dans ce contexte, il serait injuste de ne retenir du premier semestre qui s’achève que les grèves épisodiques qui ont touché des secteurs comme l’éducation ou la santé. Faire l’impasse sur ces mesures équivaudrait à un aveuglement. Même les travailleurs de secteurs où toute augmentation risquent de menacer l’équilibre d’entreprises ont bénéficié d’augmentations. Ne répondent-elles pas à l’une, sinon à la première, des revendications des syndicalistes ? Dans toutes les plates-formes de revendications, l’octroi de meilleurs salaires figurait toujours  en bonne place. On se souvient ainsi de la grogne dans la zone industrielle de Rouiba où c’était l’unique source du mécontentement. Face à la réelle détérioration du pouvoir d’achat de larges couches de la population, les pouvoirs publics ont consenti un geste à la hauteur des attentes. Avec le retour progressif de la stabilité, les enjeux sont redevenus de nature sociale et économique. Nul ne pouvait ignorer cette donne. Loin de tout populisme, il fallait répondre à une demande sociale aussi largement partagée.  Songer à redéployer l’industrie nationale, conforter les secteurs ébranlés par l’ouverture économique, combattre le chômage des jeunes ne pouvaient faire oublier celle-ci. Dans l’ordre des priorités, le souci était aussi d’éviter d’alimenter la spirale inflationniste en augmentant les salaires. Mais comment, alors que le pays a retrouvé une aisance financière,  ignorer cette légitime aspiration à un mieux-être. Durant près de deux décennies, le peuple algérien avait mis un bémol à ses luttes et les travailleurs avaient davantage à cœur de sauver les fondements de la nation.   Au delà des retombées strictement financières sur le pouvoir d’achat de milliers de familles algériennes qui pourront ainsi contenir les assauts des spéculateurs, ces dernières conquêtes ont une forte portée politique. Les salaires ne sont plus l’enjeu de bras de fer mais l’objet de négociations dans un cadre  consensuels comme la tripartite. Le pays a désormais des espaces de médiation où il ne s’agit pas seulement de revaloriser les salaires mais de préserver les  équilibres d’une économie déterminée aussi par les  efforts et les sacrifices. De toute la collectivité.

Source Horizons R.H.

 

 Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

benichou 05/05/2010 06:53



Comme je le disais à Jacqueline, ( mare nostrum) entre "rapatriés", il faut resserre les liens.


Pour ce qui est de l'attitude des Grecs, il  a déjè pas mal de réponses sur Kafenio.


Cordial salut.



Le Pèlerin 05/05/2010 15:35


Bonjour, Les Grecs avaient en effet la réputation de s'adonner à des pratiques homosexuelles Les Allemands les traitent de cochons falsificateurs On les dit adeptes de la beauté…Enfin tous ces
qualificatifs…certainement mensongers risquent de nous coûter cher Cordialement, Le Pèlerin


benichou 03/05/2010 14:07



bonjour,


moi aussi je suis né à Alger, mais en 1946!


Je vis en Grèce, qui par certains côtés rappelle l'algérie des années 50/60, en tout cas, je m'y sent chez moi.


cordialement.



Le Pèlerin 04/05/2010 23:00



Bonjour Benichou,


Saluons un confrère...Peut être pourras tu nous dire comment les grecs vivent cette
terrible crise


Quoi qu'il en soit, merci pour l'intérêt que tu portes à mes blogs


Cordialement,


A+ peut être


Le Pèlerin