Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 10:20

Algérie - Nucléaire contre solaire, une bataille franco-allemande qui a des échos au Maghreb

r-acteur-nucl-aire-2.jpg

Le débat «nucléaire contre solaire» qui ne peut que s'imposer au Maghreb est d'une certaine manière le pendant d'une lutte sourde entre l'Allemagne et la France.

Des responsables allemands ne se privent pas, off the record et parfois on the record, de souligner qu'il est incompréhensible pour la région du Maghreb de se lancer dans l'industrie nucléaire lorsqu'on a l'un des potentiels solaires du monde. La France de son côté, avec Areva et Edf, veut se placer comme leader de la filière nucléaire. Les offres de nucléaire civil font désormais partie des éléments apportés dans les valises du président français dans ses visites officielles à l'extérieur. Paris qui a subi un grand revers aux Emirats où les Sud-Coréens ont raflé un contrat de 20,4 milliards de dollars face au consortium français (EDF, GDF, Areva et Total) fait des pays du Maghreb (Algérie, Libye, Tunisie et Maroc) un marché cible. D'où une forme d'encouragement au nucléaire qui suscite parfois des commentaires acides de la part de partenaires européens au sujet de la « prolifération commerciale » de la France. A l'opposé, l'Allemagne est leader mondial des technologies solaires et ses entreprises sont sur une stratégie de création d'un marché régional de centrale solaire thermique. Pour Berlin, l'Algérie comme le reste des pays du Maghreb, s'engageraient sur une fausse piste en entrant dans l'aventure du nucléaire. L'avenir énergétique de la région se trouve, selon les Allemands, dans les technologies du solaires et accessoirement dans l'éolien.

Une préférence solaire

Pourquoi renoncer au soleil ? L'ancien ministre de l'Energie, Chakib Khelil, est resté prudent à l'égard du projet Desertec, initié par des entreprises allemandes et Cevital, l'algérienne. Le programme public d'investissement dans les énergies renouvelables suit doucement son cours : on attend, d'ici fin 2010 sans doute, la livraison de la première centrale hybride solaire-gaz (CSP) de 180 mégawatts à Hassi R'mel.

Le partenaire dans l'affaire n'est ni français, ni allemand, mais l'espagnol Abener. En matière d'énergies renouvelables, l'Algérie pose d'abord une exigence élevée en matière de taux d'intégration. Et bien entendu, une participation algérienne à 51% et du transfert de technologie et la formation. La bagarre franco-allemande suscite un débat feutré en Algérie – sans doute dans le reste du Maghreb- entre partisans du nucléaire et ceux du solaire. Ces derniers soulignent que les technologies solaires ont une marge de progression importante qui va entraîner une baisse rapide du coût du kilowattheure. Pour M. Tewfik Hasni ancien vice-président de Sonatrach et fondateur de Neal, la filiale de Sonatrach dédiée aux énergies alternatives, cité par la revue Ideas-Afkar, «le solaire est de tous les points de vue, financier industriel ou éthique, l'énergie de l'avenir pour un pays comme l'Algérie».

Par contre, tout joue contre l'électronucléaire : «les coûts, la limitation de l'uranium qui en fait une énergie non renouvelable, les problèmes de sites d'implantations, de sécurité industrielle, de traitements des déchets et puis c'est une filière qui rend totalement dépendant sur le plan technologique».

Source Le Quotidien d’Oran Oussama Nadjib

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires