Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 08:08

Vers des championnats de DI et de DII à un seul groupe

100_0557.jpg

Le stade d'Hussein-Dey

 

Le coup d’envoi du premier championnat professionnel de football sera officiellement donné le 24 septembre pour la division I et le 25 pour la division II.

Il faut dire que le passage au professionnalisme ne se fait pas sans certaines entraves. Et pour cause, les clubs ont trouvé les pires difficultés pour ficeler leur dossier afin de pouvoir aspirer au statut de club professionnel. Ainsi, des seize formations de l’élite, seuls douze ont déposé leur dossier, les quatre autres, à savoir l’ES Sétif, l’USM Alger, le MC Oran et le CA Bordj Bou Arréridj ne l’ayant toujours pas fait. Et ce n’est pas du tout fortuit si la Fédération algérienne de football (FAF) a reporté, par deux fois, le délai de dépôt des dossiers. La dernière date retenue est celle du 8 août 2010. Passée cette date, aucune formation ne peut aspirer rejoindre le lot des équipes qui vont se transformer en clubs professionnels. En division deux, onze clubs ont déjà ficelé leur dossier, à savoir l’ASM Oran, l’USM Bel Abbès, le CR Témouchent, le Paradou AC, le NA Hussein Dey, le CA Batna, le MSP Batna, le CS Constantine, le MO Constantine, la JSM Skikda et l’US Biskra. Néanmoins, le secrétaire général de la FAF, Rabah Manceur, a tenu à nous préciser que la majorité des dossiers sont incomplets avant d’ajouter : «Nous avons saisi les clubs pour qu’ils complètent leur dossier et, sur ce point, la FAF est prête les orienter et les aider.»
Pour prétendre accéder au professionnalisme, les clubs doivent obligatoirement remplir les conditions exigées par le cahier des charges aussi bien sur le plan des finances qu’en matière d’encadrement qualifie ou encore au niveau des installations sportives et de formation. La FAF a, par ailleurs, tenu à préciser qu’il était strictement interdit d’investir et d’être actionnaire dans plus d’un club. Après le 8 août, une commission, mise sur place par la FAF, sera chargée d’étudier tous les dossiers afin d’accorder la licence ou de la refuser au cas où les conditions du cahier des charges ne sont pas remplies. Pour ce qui est de la compétition, le championnat de première division devrait se déroule le plus normalement avec probablement seize formations. Concernant la DII, qui sera, elle aussi, professionnelle, rien n’est encore clair. Pour l’instant, onze clubs seulement ont déposé leur dossier. D’ici au 8 août, si d’autres formations se manifestent, on composera alors cette division en fonction du nombre des équipes. Par contre, si ce n’est pas le cas, on se dirigerait vers un championnat de DII à un seul groupe. Et c’est d’ailleurs l’option la plus plausible.
Les autres clubs qui ne pourront pas accéder au statut de club professionnel vont devoir évoluer dans en division nationale, qui sera créée prochainement. Cette division sera intermédiaire entre les deux championnats professionnels et les championnats de l’interrégions.

Source Le Jeune indépendant Farouk B

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires