Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 07:02

Algérie - Demande de visa à Oran - Les bonnes actions du mois béni

  visa-francais.jpg

 

Les nouveaux locaux abritant les services des affaires consulaires et de la chancellerie du consulat de France à Oran ne désemplissent pas durant la période du jeûne. Même si le rythme des demandes de visa semble moins important qu’en période normale, des dizaines de demandeurs du visa font quotidiennement le déplacement à Oran. Au cinquième jour de Ramadhan, les demandeurs se faufilent tôt le matin derrière les remparts du lycée Pasteur. Cet archaïque établissement d’enseignement secondaire jouxtant le siège du consulat sert de point d’appui aux solliciteurs du document de séjour français.

C’est à partir de cet emplacement que les premiers arrivants d’Oran, des wilayas du sud-ouest et de l’ouest du pays y prennent place. Pour ceux qui ont la chance d’avoir de la famille à Oran, le problème ne se pose pas. Arrivés la veille, ils sont les premiers à prendre leurs marques. Le service d’ordre veille au grain tout en régulant la chaîne qui grossit à vue d’œil.

Des petits flots intermittents de citoyens commencent à s’agglutiner devant les haies de sécurité. Une centaine de demandeurs est dénombrée aux alentours de 11 heures.

Une dizaine de personnes est invitée à pénétrer à l’intérieur du bâtiment consulaire toutes les dix minutes. C’est fluide, systématique et bien organisé. Les demandeurs du visa français tiennent précieusement leur dossier tout en discutant. “Le préposé du consulat invite les demandeurs à faire l’appoint pour les frais du dossier de visa”, s’égosille cet habitué des lieux.Commerçant de son état, il effectue un ou deux voyages en France durant la période de Ramadhan. “Je n’ai pas eu la présence d’esprit de formuler ma demande avant de me rendre à la omra”, lâche-t-il à la cantonade. Un homme sort précipitamment du bâtiment consulaire, un billet de 1 000 dinars à la main. “Quelqu’un veut-il faire une bonne grâce en me faisant la monnaie ?” Une jeune femme se propose de lui remettre le reliquat en échange d’une bénédiction. “Que Dieu Tout-Puissant te facilite l’obtention de ton visa, ma fille !” Des personnes âgées ayant des proches parents en France font aussi la queue. “Je me rends chaque année chez mon fils pour passer les derniers jours de Ramadhan en famille”, nous confie cette grand-mère. Originaire de Mostaganem, elle obtient sans difficulté son visa, contrairement à de nombreux jeunes. L’un d’eux assure que c’est sa troisième tentative pour obtenir le visa. “Je fournis un dossier complet, mais à chaque fois, c’est un niet péremptoire que je reçois. Je ne comprends pas”, laisse-t-il entendre. Un homme d’un certain âge ayant entendu la conversation l’interpelle. “C’est normal. Si tu n’es pas marié, tu auras moins de chance d’avoir ton visa.” En entendant cette sentence, les visages d’autres jeunes se crispent. Une voix fuse dans la foule. “Ce n’est pas évident. Je suis enseignant, marié avec deux enfants, et, pourtant, j’ai essuyé deux refus consécutifs”, déplore-t-il. “Il faut faire confiance à Dieu et prier pour que les voies impénétrables du visa s’ouvrent”, lance, acerbe, un demandeur apparemment souffrant.
L’agent de sécurité l’invite aussitôt à entrer dans le bâtiment. “Vous voyez, il ne faut jamais désespérer de la miséricorde divine. Il existera toujours des enfants de bonne famille pour accomplir des bonnes actions durant ce mois béni”, entend-on. Des retardataires essoufflés sont gentiment tancés par les agents de l’ordre. Condescendants, ceux-ci finiront par les orienter vers les services concernés du consulat français.

Source Liberté  K. Reguieg Yssaad

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

MILOUDI 25/04/2013 10:31


Dans les années 1970 et 1980 me rappelle bien que nous avons n'eu aucune difficulté à se déplacer à Marseille ou à Alicante, il était temps d'arrêter « Alicante Marseille » et il y avait quelques
Oran qui descend à Alicante et autres continue jusqu'à Marseille. Je me rappelle les quartiers populaires de Marseille belsonsi, mais surtout comme tapis vert rue marché, parce qu'il y avait une
ambiance familiale avec les Juifs d'Algérie » commerce, écouté bien à elle, la même langue et la même mentalité ; calme et sereine. Depuis les accords de Schengen sont modifiées et il est ce sens
du mot « haraga » souterrain, à Marseille, les Algériens étaient simplement-vérification d'accès comme un voyage de type-Oran-Algérie et ensuite acheté la majorité des Algériens, des leurs biens
et ils sont très heureuses avec les Algériens un Marseille
., parce que nous avons trois cultures algériennes et premier français et espagnol. Depuis Schengen, il y a une atmosphère d'amirtormi et où se reproduisent les différents défauts tels que la
corruption, trafic de tout genre, mais plus particulièrement de la criminalité et la délinquance juvénile. Et j'expliquerai pourquoi visa a créé tout et avait un citoyen peu demander un visa par
le biais de faux moyen légal qui lui a coûté très cher, des visas, mais ceux qui n'ont pas la chance aux stations de lancement risque et danger de la richesse pour la traversée de la Méditerranée
almtostabalnsbh certains d'entre eux soit mort ou disparition. mais plus mineurs jeunes risquent de se lancer dans le zodiaque, parce qu'ils dépensent des sommes énormes pour traverser et dire
que si leur projet mnlhaiah de mieux en Europe n'a pas Portée sera honte à leurs familles, ils préfèrent continuer à la soufrance et pour ton les Algériens ent beaucoup de" richesse" Lahouari
d'oran et vive l'Algérie  et France  merci Mr, pour se csite

Le Pèlerin 26/04/2013 08:41


Bonjour Miloudi, Merci pour vos encouragements….Le but de ce Blog est de mieux se connaître et essayer de se rapprocher Non les haines se sont un peu attisées de tous côtés et principalement suite
à la crise économique qui a engendré de l’insécurité Les gens se sont repliés sur eux même et l’étranger est devenu le bouc émissaire de tous nos maux Il ne faut pas désespérer pour autant Les
moyens de communication se sont accrus et malgré une mauvaise période je reste optimiste pour les temps à venir En attendant la course au visa n’a jamais été aussi effrénée Certes la France ne peut
recevoir toute la misère du monde mais de nombreux progrès pourraient être effectués Soyons optimistes pour demain…Peut – être après demain Cordialement, Le Pèlerin